Mélodie Eillis

Les X-Men voient leurs rangs grossir puisque désormais, l'une de leur enseignante a rejoint New York. Un tourbillon traverse les couloirs de l'Institut de Charles Xavier !

Bienvenue à toi Melodie Eilis !





Abel Cohen

La silhouette du géant hanté se dessine dans nos rues. Son visage presque d'outre tombe est dans l'esprit de certains criminels, est synonyme d'Enfer. Désormais il veille sur nos chers concitoyens !

Bienvenue à toi Abel Cohen !





Nathaniel Drakul

La mutation génétique de sa famille a donné naissance à tout un mythe. On les nommes vulgairement vampires, mais en réalité, toute sa lignée est composée de mutants.

Bienvenue à toi Nathaniel C. Drakul !





Pamela Isley

Amis de la nature, ne soyez plus inquiets pour nos amis les plantes, désormais Poison Ivy est là pour faire entendre leurs voix !

Welcome to Poison Ivy !





Hal Jordan

En plein jour ou dans la nuit noire - Nul mal n’échappe à mon regard - Que ceux qui devant le mal se prosternent - Craignent la lumière des Green Lanterns !
Désormais Green Lantern veille lui aussi sur New York. Nos citoyens connaissent un nouveau bol d'air !

Bienvenue à toi Green Lantern !





Rémy Le Beau

Gambit arpente désormais dans nos rues, mais ce soir, le fait-il au nom des X-Men ou bien pour commettre quelques fripouilleries dont il a le secret ?

Bienvenue à toi Gambit !





Nora Winters

Equilibre et voix de la raison de la tristement célèbre Poison Ivy, sa douceur suffira-t-elle à maintenir la belle plante sur le droit chemin ?

Welcome to Nora Winters !





Loki Laufeyson

Que New York tremble, le divin du mensonge semble bien revanchard dans nos rues, qu'inventara-t-il pour nous rendre la vie impossible ?

Bienvenue à toi dieu de la malice ! !





Holly Robinson

La célèbre comparse de Catwoman hante désormais nos rues. Quelle diablerie va-t-elle inventer pour secouer les New Yorkais ? Que les autorités se méfient de son sourir ravageur !

Bienvenue à toi Hollydays !





Elly D. Kenuo vient de nous rejoindre !
Bienvenue parmi nous ! Éclate toi bien !

Les Nouveautés du Forum en Temps Réel


Nous comptons 54 habitants sur le forum, et nous n'attendons que toi cher/e visiteur/teuse !
Première animation RP lancée
Event I Chapitre I



► Désormais, les personnages féminins de type félin inscrits après le
26 août 2012 seront refusés. Seuls les prédéfinis et scénarios de ce type
sont acceptés.



► Désormais, les groupes des Indépendants & des rebels sont
fermés pour les personnages inventés. Seuls les scénarios, prédéfinis
et personnages inspirés des BDs sont acceptés dans ces groupes.



Partagez | 
 

 La Poisse Serait-Elle Contagieuse ? [Peter Parker & Nolan Stark Potts]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adam


PNJ Du Staff

Arrivé le : 15/05/2012
Messages : 464
Diamant Reçus Diamant Reçus : 10000
Coup de Coeur Coup de Coeur : 7
Sexe : Masculin



PNJ Du Staff

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: La Poisse Serait-Elle Contagieuse ? [Peter Parker & Nolan Stark Potts]   Dim 26 Aoû - 14:09


La Poisse Serait-Elle Contagieuse ?
Peter Parker & Nolan Stark Potts




































L'Union Fait la Force

Les médias, l'agitation, les explosions, les secousses attirent ici et là des curieux, mais surtout, des êtres désireux de porter secours à d'autres.

Travaillant pour le New York Times, Peter Parker est, si tôt la nouvelle découverte, contacté par ses employeurs pour être dépêché sur place afin de prendre des clichés photos des évènements. Quelle aubaine pour celui qui dans l'ombre, sous couvert de sa toile, se fait surnommer Spiderman. Lui voici un alibi tout trouvé pour justifier sa présence, au besoin. Lui qui vient justement d'arriver sur place, c'est tout simplement parfait.

A peine sur les lieux, il fait face au feu ennemi qui semble propulser de véritable boule de feu sur tout ce qui bouge et tout ce qui respire. Rapidement cependant, son attention est attirée par l'immeuble central, celui qui chancèle et menace de s'effondrer. Des survivants sont coincés à l'intérieur, l'un d'entre eux tombe en cet instant même du dernier étage de cette tour qui en compte quatre-vingt.

L'agresseur attendra que d'autres s'en charge, la priorité : secourir les prisonniers des immeubles. L'immeuble choisi lui permettra-t-il seulement de prendre quelques clichés… Rien n'est moins sûr.

De son côté, la poisse désormais légendaire de Nolan a attiré ce dernier justement dans cet immeuble central. La tour abrite, selon les étages, un restaurant, des appartements ainsi que de rares bureaux. Le mutant qui n'avait connu de ce bâtiment, que des ruines, poussé par sa curiosité, avait voulu voir "comment était-ce avant". Grand mal lui en prit puisqu'en cet instant, le voici en bien fâcheuse posture.

Coincé au quarante-septième étage, Nolan va devoir user d'ingéniosité pour se tirer de ce mauvais pas sans trop de casse et, si possible, sans que cela soit les pieds devant…

Nul ne pourrait prédire qui ici qui s'en sortira indemne, de qui en sortira à jamais changé, de qui ne survivra pas...

Déroulement :

Ordre de postage :
    1°/ Nolan Stark Potts
    2°/ Peter Parker

Rappel :
    • Chaque personnage ne peut participer qu'à un seul à la fois pour les sujets qui se dérouleront à la même date au cours du jeu.
    • Adam ne participera pas forcément au topic. Il ne le fera jamais sur demande et par surprise et de manière exceptionnelle donc ne comptez pas sur lui Wink
    • Une réponse par sept jours et par personnage est requise.
    • Un minimum de 500 mots est requis.
    • Jouez le jeu, vos personnages ne sont pas des dieux omniscients et invulnérables, ne faite ni agir, ni penser et encore moins parler les personnages des joueurs sans leur accord préalable. Il en est de même pour toute action irréversible sur d'autres personnages joueurs. En revanche, n'hésitez pas à vous servir de PNJ
    • Ce petit texte de rappel est placé dans chaque sujet de l'Event Wink
Peter Parker & Nolan Stark Potts
La Poisse Serait-Elle Contagieuse ?




La Puissance Absolue

Arrêtez de prier, Adam n'a que faire de vos requêtes, il en a marre des demandes qui n'en finissent pas. Adam attend des actes, si vos actes l'impressionnent alors peut-être vous écoutera-t-il.

Adam refuse les MPs car Adam n'est qu'un PNJ, la section des questions est là pour plus d'efficacité et de rapidité dans le traitement des questions.
Revenir en haut Aller en bas
Nolan Stark Potts


The Show Must Go On

Arrivé le : 29/05/2012
Messages : 86
Date de naissance : 08/03/1984
Age derrière l'ordi : 32
Diamant Reçus Diamant Reçus : 2
Coup de Coeur Coup de Coeur : 0
Âge : 25 ans
Sexe : Masculin
Pouvoirs : Technocontrôle - Venom


The Show Must Go On

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La Poisse Serait-Elle Contagieuse ? [Peter Parker & Nolan Stark Potts]   Lun 27 Aoû - 8:29


La malchance, qui d'autre ? Qui d'autre aurait mené l'égaré dans cet immeuble ? Qui d'autre aurait fait s'échouer le naufragé ici alors qu'une attaque se préparait ? Personne. La poisse de Nolan était légendaire pour ses pairs qui le connaissaient. Que diable était-il venu faire en ces murs ? Se souvenir, sans nul doute par nostalgie. Découvrir par curiosité. Une nouvelle fois, c'était ce trait de caractère qui l'avait guidé ici pour son plus grand malheur, le seul jour où il aurait dû s'abstenir. Elle lui attirait une nouvelle fois, des problèmes qu'il n'aurait jamais soupçonner. Il n'avait connu de ces bâtiments, que les ruines, “chez lui”, aussi le musicien avait souhaité visiter l'un des immeubles, comme pour mieux comprendre le passé de “son” monde.

L'égaré c'était retrouvé au quarante-septième étage lorsque ce que tout naturellement il prit pour une secousse sismique violente avait secoué le bâtiment quelques secondes durant. Ne s'en étaient écoulées qu'une poignée d'autres avant que retentisse une explosion qui secoua plus violemment encore l'immeuble. Les premiers étages avaient été soufflés, réduits en poussière et la tour s'en était affaissé sans s'écrouler complètement par miracle. Plus une vitre ne tenait debout. Les extincteurs plafonniers vomissent leur eau. Certaines pièces des lieux n'avaient plus de sols, ou plus de plafonds, parfois cela sur plusieurs étages. D'autres venaient d'obtenir une vue panoramique des cieux.

Dès les premières secondes, Nolan s'était jeté à terre, sous la première chose qui c'était présenté à lui. Les yeux clos, les mains sur les oreilles, il se protégeait le visage. C'était un réflexe pour lui, un automatisme, une habitude conditionnée par les aléas de son propre “monde” qui, rongé par les failles, connaissait de telles instabilités, parfois même, celles-ci étaient – lui sembla-t-il – plus violentes encore. Naturellement, la première chose qui lui vint à l'esprit ne fut guère une attaque, mais bel et bien un tremblement de terre. L'égaré était bien loin de se douter de ce qu'il pouvait se tramer en bas dehors.

Des hurlements, de la panique, voilà le spectacle qui s'offrit au musicien lorsque celui-ici, ouvrit de nouveau les yeux. Écrasé par le poids du bureau et de quelques débris, il fallut quelques instant au naufragé pour réaliser. Quelques autres encore pour parvenir à se dégager. Une douleur dans la poitrine, ce fut hébété, sonné qu'il découvrit le désastre au goût de fin du monde autour de lui. Sous les gravats des corps... Vivants ou pas. Brûlés, mutilés ou parfois entier. Ses oreilles bourdonnaient et son sens de l'équilibre mit un certain temps à revenir. Désorienté et titubant sur quelques mètres, l'égaré eut l'impression que le “monde” autour de lui, se mouvait au ralenti. Sa vision n'était pas encore claire et son souffle court.

L'eau tombant des systèmes pour éteindre les flammes inexistante autour de Nolan, aida à se qu'il recouvre ses esprits. Il fit “claquer” ses tympans afin d'en faire diminuer la “pression” et enfin renouer avec une audition correcte. La poussière volait dans les endroit où l'eau ne ruisselait pas.

Un examen rapide provoqua pour le naufragé, un soupire de soulagement. Il n'avait, lui sembla-t-il, rien d'important. Bien sûr quelques écorchures jalonnaient ses bras, ses vêtements avaient quelques accrocs, déchirures et il n'échapperait probablement ni au hématomes, ni aux bosses, mais il était entier.

Le silence à présent retombé, le musicien ne perçu aucun mouvement autour de lui, aucune présence. L'incompréhension fut totale. Rapidement cependant, en usant de sa singularité, il sut de quoi il retournait. Les réseaux informatiques environnants l'en informèrent. Il devait sortir et cela, le plus rapidement possible. Nolan n'était pas de la trempe d'un héros, dans le sens où, si ce n'était pas sa bonne volonté qui lui faisait défaut, mais la condition physique. Son cœur, avait-il coutume de dire, n'était qu'un lâche, mais cela ne signifiait en rien que lui-même l'était. Aussitôt, il songea à d'éventuels blessés et avec prudence, il commença à avancer.

Les ascenseurs, il en était certain, devaient être inutilisable. À l'image d'un ordinateur, il envisageait un à un, tous les moyens de sortir d'ici. Les escaliers étaient peut-être encore praticables... Au moins partiellement. Les conduits d'aération peut-être aussi...

Le portable dans sa poche arrière ? En miette. Impossible pour lui de prévenir par ce biais, qu'il se trouvait au quarante-septième étage. Interdit, Nolan se souvint qu'il avait prévenu sa bienfaitrice qu'il visiterait ce matin cet endroit. Téléphone en miette, réseaux saturés, d'apparence, il ne pouvait rassuré Weelynn. C'était sans compter sur l'usage une nouvelle fois, de sa singularité. Tout va bien, je suis entier avait-il alors envoyé sur la messagerie internet de son amie. Ne souhaitant pas l'inquiéter, il se garda bien de dévoiler sa situation pour le moins précaire.

« Y a-t-il quelqu'un ? Eh, oh... » appela-t-il en avançant.

Nolan n'eut pour toute réponse qu'un grincement sourd provenant d'au dessus de lui. Il leva le visage pour voir de quoi il retournait, mais n'eut guère le loisir de bouger une oreille qu'il se retrouva sur le dos au sol, des gravats autour de lui et une barre entre les jambes. Un rire nerveux quitta ses lèvres accompagnant un nouveau pic de douleur. Cinq centimètres plus haut et à son retour chez son amie, il serait devenu mademoiselle Nolanne.

Le symbiote... Il y pensait. S'en servir serait tellement facile... Il ne maîtrisait pas parfaitement la “chose” mais... En échos il pu entendre les voix de ses parents l'avertir du danger, le mettre en garde. Chaque usage de cette créature faisait gagner en ascendance sur son ôte. Le musicien, encore inconscient, ne le réalisait pas mais pourtant il avait accepté de n'user d'elle qu'en dernier recours, en cas d'une urgence extrême. La précarité de sa situation n'en était-elle pas une ? Il s'en interrogea tout en se relevant.

Les plans de la tour. Il les lui fallait cela pour trouver un chemin pour sortir d'ici... Avant de se faire tuer par sa malchance.

« Quelqu'un m'entend ? » renouvela-t-il ses appels en quête de réponse.


On dit que la foudre ne frappe

jamais deux fois au même endroit...

La poisse elle, ne se gêne pas.
Revenir en haut Aller en bas
Peter Parker


Indépendant

Arrivé le : 29/07/2012
Messages : 16
Date de naissance : 24/02/1993
Age derrière l'ordi : 23
Diamant Reçus Diamant Reçus : 0
Coup de Coeur Coup de Coeur : 0
Pseudo : Spiderman
Âge : 35 ans
Sexe : Masculin


Indépendant

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La Poisse Serait-Elle Contagieuse ? [Peter Parker & Nolan Stark Potts]   Mar 28 Aoû - 22:34

    Lorsque Peter parvint sur les lieux, appareil photo numérique accroché au cou, il fut pris au dépourvu par l’effondrement d’un gigantesque immeuble. Le chaos ambiant rajoutait une intensité dramatique à la chose, tandis que des vitres explosaient, des personnes hurlaient, et des explosions avaient lieu aux quatre coins de la ville. L'une de ses pensées alla droit à Selina, qu'il espérait saine et sauve. Peter aperçut une silhouette chutant à vive allure du haut du gratte-ciel, s’apprêtant à repeindre le bitume s’il n’agissait pas au plus vite. D’un jet de toile précis, l’homme-araignée s’éjecta habilement loin au-dessus du sol, dans la direction de l’individu en détresse. L’araignée attrapa ce dernier par le col de la chemise et s’aperçut qu’il s’agissait d’un bureaucrate en costard-cravate, complètement terrifié par les évènements.

    - Vous craignez plus rien m’sieur ! Vous voilà sauvé. Si vous voulez me récompensez, j’hésiterai pas à vous envoyer un RIB de mon compte.

    L’homme ne prêta bien sûr aucune attention à la blague et ne cessa de hurler jusqu’à ce que Peter le dépose au sol. Spider-Man n’attendit évidemment aucune réponse et gagna de nouveau les hauteurs du bâtiment grâce à sa toile. Lorsqu’il atteignit environ la mi-hauteur de l’immeuble, il percuta violemment l’une des baies vitrées déjà fortement fissurée pour se projeter à l’intérieur, à la recherche de rescapés en difficulté. Il eut simplement le temps de lire un numéro sur une porte sortie de ses gongs avant de se précipiter dans le couloir : « 47 ».

    Peter courut le long du couloir qui se présentait à lui. Il entendait des cris en provenance des étages supérieurs et comptait bien y faire un tour s’il ne trouvait personne ici. L’étage semblait bel et bien désert, et le super-héros supposa que les gens avaient eu le temps de se ruer vers l’escalier de secours dès le début de la catastrophe. L’homme-araignée décida de tirer profit de la situation, puisqu’il était visiblement tout seul. Il dégaina son appareil, ajusta l’objectif et prit quelques clichés du lieu : il annoncerait officiellement à Jameson qu’il s’était retrouvé dans l’immeuble pour se mettre à l’abri mais que celui-ci s’était subitement effondré. Lorsque retentit le « clic » de sa dernière photo, il lui sembla néanmoins entendre un appel venant de l’autre côté de l’étage. Le cri se répéta, et Peter se rua à travers les couloirs, sautant par-dessus les portes défoncées, les éclats de verre et autres débris qui jonchaient chaque centimètre carré du sol. Lorsqu’il parvint là d’où paraissait provenir la voix, Peter vit une silhouette mouvante et titubante. Il l’interpella mais une explosion au dehors couvrit le son de son appel. Il reprit alors sa course effrénée jusqu’à la personne qui s’avérait être un homme, plutôt jeune et mal en point.

    - Hey man ! Faut pas rester là, tout est en train de foutre le camp… Laisse-moi t’aider !

    Pourtant, Peter parut hésitant au moment de passer son bras par-dessous l’épaule du jeune homme. Son sens de l’araignée s’était mis à s’affoler, tout à coup, et lui vrillait même carrément les tempes. Néanmoins, il ne pouvait pas refuser de venir en aide à cet homme fatigué et peut-être blessé. L’homme araignée laissa donc le jeune homme prendre appui sur lui pour l’aider à avancer. Derrière eux, le plafond continuait à se craqueler dangereusement.

    - Comment tu t’appelles ? J’vais te sortir de là !
Revenir en haut Aller en bas
Nolan Stark Potts


The Show Must Go On

Arrivé le : 29/05/2012
Messages : 86
Date de naissance : 08/03/1984
Age derrière l'ordi : 32
Diamant Reçus Diamant Reçus : 2
Coup de Coeur Coup de Coeur : 0
Âge : 25 ans
Sexe : Masculin
Pouvoirs : Technocontrôle - Venom


The Show Must Go On

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La Poisse Serait-Elle Contagieuse ? [Peter Parker & Nolan Stark Potts]   Mer 29 Aoû - 9:17


Nolan c'était attendu à tout de ce “paysage” apocalyptique : le plafond l'écrasant, le sol l'avalant, un mur le broyant... Tout sauf à le voir “lui”. S'il y avait bien une personne en dehors de ses ascendants qu'il ne devait pas approcher, c'était bien celui qui se trouvait face à lui. Il n'avait aucun grief à son égard, loin de là, d'où il venait, l'homme-araignée faisait partie de ces légendes vivantes – le poids des années en plus. Mais surtout, l'égaré connaissait le passif de son parasite. Passif qui ne l'était probablement pas encore ici.

S'il fut soulagé de recevoir son soutien, une tension indescriptible s'empara de lui. S'il avait hérité du symbiote, ce n'était que parce que son ôte précédent était mort, mais il savait, pour avoir étudier cette “chose” et son histoire, qu'elle pouvait le quitter sans que ses jours ne soient en danger imminent. D'ailleurs, lorsque le parasite reconnaitrait son “ancien” ôte – qui ici pourtant ne l'avait pas été – le musicien s'interrogeait déjà sur ses réaction.

« Nolan... » Répondit-il en peut sottement. « Merci... »

Il n'était pas face à n'importe qui, c'était Spider-man devant lui. Il avait grandit entouré de personnes aux capacités dépassant l'entendement pour certains, mais se retrouver face à celui dont le symbiote avait en quelque sorte dupliqué et modifié les dons... En d'autres circonstances, le naufragé aurait été ravi de la rencontre, il en aurait même profité pour lui demander “des cours”, mais le danger était bien réel.

« Je crois pas que ce soit une super idée que tu t'approches aussi près... »

Qu'avait-il lu dans les dossiers des Avengers chez lui ? Sens de l'araignée... ou quelque chose dans ce goût là. Ne lui disait-il pas en cet instant : “Plante-le là et file en courant” ? En panne? Humour douteux, mais de l'humour en ces circonstances, il lui en fallait.

« Pas de stop aérien... » articula-t-il en prévention toujours en essayant de dédramatiser par de l'humour. Il désigna du regard et du menton son torse tout en ajoutant « Sinon il tiendra pas. »

Le naufragé n'avait jamais été suicidaire et préférait avertir plutôt que de risquer que celui qui était venu lui porter secours ne soit accusé d’homicide par imprudence. Dans ses souvenirs, Nolan avait vaguement eu connaissance du discrédit injustifié dont souffrait le héros.

Quelques pas seulement furent faits et la démonstration de la contagion de sa poisse commença à opéré. Chacun de leur pas fut ponctué par un crissement du sol. L'intelligence artificielle au poignet du chevelus choisi cet instant pour ce manifester.

« Sol instable, danger imminent. »

Nolan n'eut rien le temps de rétorquer qu'à peine son poids passé d'une jambe à une autre, le sol sous son pied d'appui se déroba comme un puzzle. L'égaré se retrouva jusqu'à la taille, les jambes dans le vide, ne terminant pas sa chute de quatre étages plus bas par un réflexe miraculeux, qui n'était certainement pas le sien. Il fallait être honnête, derrière un instrument de musique ou un ordinateur, l'égaré était une bête, mais sur le terrain... Il était simplement bête et mal dégourdi.

« Jarvis je te hais ! Tu sers à rien ma pauvre fille ! » Grogna-t-il à l'intention de l'intelligence artificielle à son poignet. Se défouler sur le bracelet, même s'il n'était coupable de rien – cette fois-ci – était tout de même bien plus sain et constructif que de s'en prendre à celui qui était venu lui porter secours. Il avait besoin d'évacuer en quelque sorte, s'il était ici ce n'était encore une fois, que parce que sa curiosité l'y avait poussé et celui qui se trouvait devant lui n'y était pour rien.

Ce fut en cet instant qu'il senti pour la première fois sans son consentement, le symbiote bouger. Celui-ci, sentant le danger pour sa propre survie, commençait à s'éveiller. Mauvais. Une fois remonté, il lui fallut un instant pour reprendre son souffle tout en réalisant que son parasite ne tarderait pas à se montrer d'une manière ou d'une autre.

« Ça va... » assura-t-il.  « Je vais te poser une question bizarre mais... Tu as déjà rencontré Venom ? C'est important. Plus important que de sortir de ce foutoir. »

La situation était pour le moins étrange. Il n'avait connu Spider-man qu'au travers de récit d'autres qui l'avaient connu, de vieux articles de journaux, sur la toile... Et voilà que celui qui appartenait en quelque sorte à l'histoire, du moins, à cet âge là, se trouvait face à lui. Un peu comme aujourd'hui un Français se retrouvait face à De Gaulle – une poignée d'années tout de même en moin. Appuyé contre un pan de mur encore – lui sembla-t-il sur l'instant – stable, à l'écoute, il priait pour que la réponse soit positive.

Un morceau du plafond subitement se détacha pour venir frapper le sol instable et y former une nouvelle crevasse. Le moment n'était peut-être pas le plus audacieux pour commencer à disserter et cette certitude ne fit que croître lorsque le pan de mur sur lequel il était appuyé, se coucha par miracle, pas sur lui. Bientôt sa poisse contaminerait celui qui était venu lui porter secours, trouver un endroit à peu près stable pour trouver un moyen de sortir devenait urgent...



On dit que la foudre ne frappe

jamais deux fois au même endroit...

La poisse elle, ne se gêne pas.
Revenir en haut Aller en bas
Peter Parker


Indépendant

Arrivé le : 29/07/2012
Messages : 16
Date de naissance : 24/02/1993
Age derrière l'ordi : 23
Diamant Reçus Diamant Reçus : 0
Coup de Coeur Coup de Coeur : 0
Pseudo : Spiderman
Âge : 35 ans
Sexe : Masculin


Indépendant

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La Poisse Serait-Elle Contagieuse ? [Peter Parker & Nolan Stark Potts]   Ven 31 Aoû - 22:15

    - Venom ? C’est une marque de chaussures ?

    L’homme-araignée ne voyait pas de quoi le jeune homme voulait parler. Il le sentait nerveux, paniqué. Mais pas par l’effondrement, par autre chose. Quelque chose qui le concernait lui, et qui peut-être les concernait eux deux. Néanmoins, Peter ne voulait pas croire que parler de « Venom » soit une priorité. L’important était de se barrer d’ici, point barre. Nolan, car c’est ainsi qu’il s’appelait, venait faire un peur bleue à l’araignée. Après avoir failli entamer une chute libre suite à l’ouverture d’un trou dans le sol, un mur avait failli l’écraser. Tout s’était passé tellement vite ! Peter s’était rapproché de lui entre temps et avait soupiré de soulagement en voyant qu’il s’en était tiré. Quelque part, on pouvait dire qu’il avait eu de la chance sur ce coup là, même si le concept de chance paraissait étranger à ce jeune homme qui avait tout l’air de cumuler les ennuis. Peter décida de passer à l’action et de le porter, quoi qu’il en dise. Ils auraient tout le loisir de parler ailleurs mais pour l’heure, il fallait simplement quitter les lieux, et vite. L’araignée humaine passa un bras s’empara des bras de Nolan et le souleva sur ses épaules. Il entendit quelques protestations mais ses paroles furent bientôt couvertes par le bruit d’une série d’explosions aux étages supérieurs qui n’auguraient rien de bon.

    En y réfléchissant, Spider-Man ne savait rien de la cause de tout ce chaos. Il était rentré dans l’immeuble sauver les gens car il en allait de ses responsabilités, mais il n’avait aucune idée du déclencheur des évènements. Quelle menace planait sur New York ? Des extra-terrestres ? Des terroristes ? Des robots ? Peter décida de mener son enquête une fois l’évacuation de l’immeuble terminée, même s’il devait transporter tous les civils à l’extérieur un par un et à pied. Nolan n’ayant visiblement le cœur bien accroché, il lui fallait l’emmener au rez-de-chaussée par les escaliers. Seulement voilà, il s’était rendu compte que seul l’escalier de secours subsistait, les autres étaient déjà effondrés au moment de son arrivée. Peter courut, transportant un Nolan agité sur son dos. Son sens d’araignée continuait de le mettre en garde : quelque chose de terrible semblait sur le point d’arriver. Peter remarqua qu’il n’y avait pourtant rien de terrible dans le fait de sauver un innocent, et supposa que la menace devait venir de l’extérieur. Ou peut-être que l’effondrement total de l’immeuble était imminent : raison de plus pour accélérer la cadence.

    Peter courait très vite à présent, esquivant les obstacles à mesure qu’ils venaient. Ils étaient parvenus à l’escalier de secours conduisant aux étages inférieurs, et Peter commença à descendre les marches à vive allure. Alors qu’ils allaient atteindre le niveau du 46ème étage, un tremblement parcourut le bâtiment tout entier et les fit tomber à terre. Le 47ème venait devait être totalement détruit, à présent. Peter se releva lorsque le séisme prit fin et aida Nolan à se relever.

    - Désolé. J’espère que tu t’es pas fait trop mal. T’es plutôt un gars solide, tu sais ?

    Spider-Man encouragea le jeune homme à se laisser porter de nouveau, mais Nolan était toujours réticent. Que pouvait être le problème ? Allergie aux costumes moulants ? A nouveau, Peter le souleva sans préavis. Il poursuivit la descente en courant, sans qu’aucun nouveau tremblement ne les arrête cette fois. Lorsqu’ils atteignirent le vingtième étage, Peter déposa Nolan à terre, exténué.

    - Je vais juste me reposer une minute. Je pense qu’on est plus en sécurité maintenant qu’on a bien descendu. Une minute de pause ne devrait pas nous tuer.


    Peter en profita pour ouvrir la porte de l’étage pour vérifier l’état des lieux : il n’y avait plus personne. Les gens s’étaient déjà enfuis par l’escalier de secours. Les citoyens de New York ne manquaient pas de ressources ; mais Peter reviendrait tout de même après avoir conduit Nolan en lieu sûr pour une ultime vérification. Retrouvant peu à peu son souffle, Peter décida qu’il était temps de reprendre à nouveau Nolan sur son dos pour continuer la descente jusqu’en bas. C’est à ce moment-là que son sens de l’araignée lui déchira le crâne si fort qu’il se prit la tête à deux mains et mit un genou à terre sous l’effet de la douleur. Il ne comprenait pas pourquoi son pouvoir frappait son esprit avec une telle intensité alors qu’il ne voyait absolument rien d’anormal et qu’aucune explosion n’avait retentit. Il y avait un problème avec Nolan. Un problème que ce dernier avait peut-être tenté de lui expliquer avant qu’il ne l’embarque sur son dos sans chercher à l’écouter. La situation était critique, mais Peter ne pouvait plus continuer sans savoir ce qu’il se passait avec le jeune homme.

    - Nolan… Qu’est ce qui se passe ? Qu’est-ce que tu… Es vraiment ? Pourquoi j’ai l’impression que tu es un danger ? Je… Je m’excuse de ne pas t’avoir écouté… Tu dois… Me dire…

    C’était comme si un poignard s’enfonçait lentement entre ses orbites, un poignard glacé.
Revenir en haut Aller en bas
Nolan Stark Potts


The Show Must Go On

Arrivé le : 29/05/2012
Messages : 86
Date de naissance : 08/03/1984
Age derrière l'ordi : 32
Diamant Reçus Diamant Reçus : 2
Coup de Coeur Coup de Coeur : 0
Âge : 25 ans
Sexe : Masculin
Pouvoirs : Technocontrôle - Venom


The Show Must Go On

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La Poisse Serait-Elle Contagieuse ? [Peter Parker & Nolan Stark Potts]   Sam 1 Sep - 11:14


Les craintes de l'égaré s'avérèrent, pour son plus grand malheur, fondées. L'homme-araignée n'avait encore jamais croisé la route du symbiote.

Solide... C'était bien un chose qu'on lui avait jamais dit.  « Je ne suis pas solide ! J'vais crever comme un con sur ton épaule ! » lança-t-il en de nouveau tentant de se “libérer” sans grand résultat, bien évidement. La panique le submergeait entre les dangers qui émanaient des lieux pour les deux hommes et celui qu'involontairement Nolan abritait... Il avait beau être de fils de son père, il n'avait jamais été un homme d'action. Sans utiliser les “améliorations” qui lui apportaient la créature, lui dont la seule activité physique qu'il pratiquait était la musique. Finalement résigné, le naufragé finit par croiser les bras à l'image d'un gamin contrarié. Pourquoi est-ce toujours moi qui fini en sac?

Dès son retour au sol, Nolan s'écarta de deux ou trois mètres dans l'espoir que cela apaiserait celui dont l'intérêt pour l'homme-araignée ne cessait de croître. Ne pas les tuer... Si seulement les choses étaient aussi simples... Le premier réflexe de l'égaré en voyant son compagnon écrasé par la douleur fut de s'approcher de nouveau pour, en forçant sur les épaules de son compagnon, l'inciter à s'assoir pour reprendre son souffle.

« Prends de grandes inspirations lentes. Si tu calmes ton pouls la douleur sera plus... Supportable. »

Nolan ne se permettait pas de donner des ordres, mais il conseillait ce qu'il avait lui-même observé sur sa personne. Qui était-il, lui qui avait plus d'affinités avec un clavier ou un instrument de musique, pour ordonner quoi que ce soit à un homme qui a choisi de mettre sa vie en jeu pour veiller sur celle des autres ?

« Si tu essayes de me faire enfermer pour ce que je vais te dire... » prévint-il en cherchant une menace digne de ce nom.  « Je te jure que plus jamais tu ne pourras approcher un appareil technologique sans qu'il te pète au nez. »

C'était bien la seule chose dont il était capable et qui lui était venu à l'esprit. Il n'était pas violent, il ne connaissait pour ainsi dire rien de ce monde et si l'homme-araignée venait à remettre en question sa santé mentale, Il était clair que Nolan ne lui en tiendrait pas rigueur. Lui même se le disait chaque jour depuis son arrivée ici : il était fou. Il fabulait. Du moins, il tentait de s'en persuader.

« Vénom c'est... Une grosse tique. » L'image était peu flatteuse, mais à quoi comparer un parasite qui se nourrissait de son ôte jusqu'à finir par l'habiter totalement pour finir par en changer lorsque ce dernier voit son existence menacée. « D'abord elle t'améliore, elle te laisse profiter de... Ses atouts. Pendant que tu en profites elle s'étend un peu partout dans l'organisme. Petit à petit elle déteint sur celui qu'elle parasite et pour finir Vénom prend le contrôle et efface son ôte. » Le musicien n'avait jamais expérimenté jusque là, il se contentait d'exposer les découvertes et explications qui lui avaient été offertes. Pour l'heure, Nolan n'avait que très vaguement exploité la phase “amélioration”. Il était tenu par une parole donnée à ses parents qui étaient parfaitement conscient des risques encouru pour leur fils. De son côté Nolan était jeune, et comme tous les jeunes, il avait cette part d'insouciance qui faisait qu'à une période, tout être venait à se penser en quelque sorte invincible, invulnérable. Mais puisqu'il était question de promesse et qu'il avait donné sa parole de n'utiliser les avantages de la créature, qu'en cas d'extrême urgence imminente.

Nolan s'écarta cette fois davantage et poussa un long soupire.

« Toi tu ne le connais pas, mais lui te connait... D'où je viens il t'a “parasité”. Et maintenant c'est moi qui l'ai et il te reconnaît. »

Arriver à faire accepter à quelqu'un que l'on puisse venir du futur n'était pas un exercice des plus simple. Si l'égaré n'avait pas eu à apporter davantage de preuve auprès de Weelynn, il était certain que ce n'était que parce que son arrivée avait été suffisamment explicite : il était tombé du plafond pour s'écraser sur le bureau sans causer d'autres dommages que celui du meuble réduit en morceau. Il lui fallait donc des preuves solides. Il n'y avait donc pas trente-six chemins à emprunter et au diable les risques relatif au voyage dans le temps. Le bruit d'un pan de mur s'écroulant dans la pièce d'à côté rappelait l'urgence de leur situation. Si un danger de mort n'était pas une situation d'urgence... Qu'est-ce que c'était ?

Il recula encore de quelques pas pour garder une distance respectable entre eux deux. « J'ai promit de ne pas m'en servir... Mais j'ai l'impression que tu ne me croiras pas autrement... » Son problème cardiaque et les conséquences qui en découlaient faisaient que pour le symbiote, il était aisé d'investir son organisme. Si bien sûr la créature palliait à certains problèmes, ce n'était que pour sa propre survie. Elle n'avait que faire de son ôte. Pour preuve, il avait fallut que sa victime précédente dû perdre la vie pour en être débarrassé et qu'ainsi Nolan en hérite par défaut. Lorsqu'il fut à plusieurs mètres de l'homme-araignée, l'égaré laissa lentement le symbiote le recouvrir. La créature, comme un filet d'eau, ne se fit pas prier pour investir l'apparence du naufragé. Lorsqu'il en fut totalement recouvert, par mimétisme, Vénom donna l'impression d'un miroir à son compagnon d'infortune, à ceci près : l'absence de couleur.

« Il te mime jusque dans la toile. » avait-il poursuivit avant de se défaire du symbiote qui regagna sa place, dissimulé des regards, sous les vêtements de Nolan qui avait désormais reprit son apparence.

Il s'appuya contre le mur pour reprendre son souffle, il était toujours éprouvant pour quelqu'un dans sa condition de jouir des atouts du symbiote pour y renoncer ensuite. Même durant un si court laps de temps, il avait pu sentir son organisme et tout son corps en forme comme il ne l'avait jamais été.

« Il m'a “contaminé” parce que son ôte précédent s'est fait tuer. Il n'a jamais été aussi agité que maintenant. Alors oui, pour toi je suis un danger. Tu devrais rester éloigné... Tu n'es pas sensé te faire contaminer “maintenant”. »

Les choses étaient dites au risque de passer pour un véritable dément. L'insinuation de voyage dans le temps, l'aveu de la présence de la créature, la démonstration devaient faire beaucoup à accepter.

Un nouveau tremblement secoua l'immeuble. Nolan ne parvint guère à rester sur ses jambes et s'étala de tout son long au sol, près, bien trop près de l'homme-araignée. Au dessus des deux hommes, un pan du plafond devenu instable se décrocha pour – du moins l'aurait-il dû – faire deux victimes. Le seul réflexe de Nolan avait été de se protéger la tête. Réflexe inutile orchestré par l'instinct de survie. À la dernière seconde, le bracelet au poignet de l'égaré de nouveau s'activa pour déployer autour des deux hommes désormais “enfermés” derrière une sorte de protection. « Systèmes de protection activés. » Les gravats glissèrent le long de la paroi et épargnèrent les malchanceux.

« Jarvis tu peux faire ça ?! » s'enquit aussitôt Nolan stupéfait.  « On est vivants ! » s'exclama-t-il.

La stupéfaction fut de courte durée, l'effroi déjà se lu dans le regard du musicien : le sol craquelait. « On va crever comme des cons dans une bulle de savon... » laissa-t-il échapper. Aucun temps de réaction ne fut accordé aux deux hommes. Le sol céda et tout deux furent avalé par le gouffre fraichement ouvert. La chute fut stoppée nette deux étages plus bas : le sol y était davantage solide. Si la protection le l'intelligence artificielle protégea les vies qu'elle contenait et amorti le choc de atterrissage, celle-ci ne pu tenir davantage et disparu. « Protection levée. » Quelques débris, de tailles raisonnables, continuèrent de choir sur les deux hommes gisant au sol.

Nolan était sonné, son souffle coupé. Il avait l'impression que quelque chose dans sa poitrine serrait son muscle cardiaque pour l'empêcher de battre. Sa tête lui tournait. La situation était rêvée pour le symbiote. La garde de l'homme-araignée, éprouvée par la chute, était probablement bien moins levée. Ce fut “naturel” pour la créature de passer d'un ôte à la survie clairement menacée, à un homme ne souffrant pas des même problème. Ce dernier n'était pas n'importe lequel, elle l'avait déjà connu. Elle savait qui il était, comment le “manier”, mais surtout, elle n'avait jamais cessé de le “mimer”. Une première tentative de la part du symbiote commençait, mais allait-il y parvenir ou bien devrait-il attendre que l'homme-araignée soit plus mal encore ?


On dit que la foudre ne frappe

jamais deux fois au même endroit...

La poisse elle, ne se gêne pas.
Revenir en haut Aller en bas
Peter Parker


Indépendant

Arrivé le : 29/07/2012
Messages : 16
Date de naissance : 24/02/1993
Age derrière l'ordi : 23
Diamant Reçus Diamant Reçus : 0
Coup de Coeur Coup de Coeur : 0
Pseudo : Spiderman
Âge : 35 ans
Sexe : Masculin


Indépendant

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La Poisse Serait-Elle Contagieuse ? [Peter Parker & Nolan Stark Potts]   Ven 7 Sep - 22:49

    Donc en gros, ce gars venait du futur, portait un genre de parasite/monstre sur lui et possédait également un pouvoir sur tout ce qui était système électronique. Cela faisait beaucoup à encaisser pour Peter, qui se sentait perdu dans la situation actuelle. Les deux hommes étaient en pleine chute libre et le champ « de force » émit par le bracelet de Nolan venait de leur sauver la mise. Lors de l’impact, l’énergie du bracelet amortit le choc et ils demeurèrent chacun face contre sol, étourdis et fatigués.

    Il se produisit alors un événement inattendu. Peter entendit un bruit en provenance de Nolan ; un bruit dégueulasse qui ressemblait fort à celui d’une déglutition répétée. L’homme-araignée eut tout juste le temps de tourner la tête vers la source du bruit, et observa avec horreur l’extraction du symbiote. Sur le dos de Nolan, le symbiote semblait s’étirer, se lever, s’évader de son hôte. Le sens d’araignée de Peter augmenta crescendo, accentuant davantage la migraine déjà prononcée de Peter. Avec effroi, Peter s’aperçut qu’il ne pouvait pas bouger, trop affaibli par la chute.

    - Oh merde… Merdemerdemerde… C’est quoi cet alien ? Nolan ! Nolan ! NOLAN, BOUGE ! FAUT QUE TU FASSES QUELQUE CHOSE IL VA… Oh mon dieu…


    La « chose » s’était mise en mouvement. Lentement, elle s’échappait de Nolan. Elle quittait son corps pour ramper sur le sol, en direction de Spider-Man. Peter canalisa le restant de ses forces pour rouler sur le côté, espérant de ce fait mettre un maximum de distance entre lui et l’odieux parasite mais « Venom », comme Nolan l’avait appelé, continuait à s’avancer vers lui. Peter était inquiet, impuissant. Ne sachant que faire, il projeta un filet de toile sur la chose pour tenter de la ralentir, mais elle parut absorber la matière blanche sans rien laisser transparaitre. Peter sentit soudain le contact avec la créature malicieuse qui venait d’atteindre son bras. Elle s’y attacha puis grimpa doucement le long du membre. Une douceur terrible.

    Peter ressentait l’immense froideur de la créature, sa morsure glaciale et pénétrante qui recouvrait peu à peu chaque partie de son corps. Une fois remontée jusqu’à l’épaule, elle imbiba le costume de Peter jusqu’au torse, puis jusqu’au bassin et enfin jusqu’aux jambes. Le masque de Spider-Man fut recouvert en dernier. Enfin, il y eut un instant de flottement… Un instant ou Peter sentit que la créature fusionnait avec son costume, avec sa peau, avec son être tout entier. Puis soudain, une puissance immense l’envahit. C’était comme si, subitement, toute sa force s’était régénérée et qu’il ne ressentait plus ni fatigue, ni douleur. D’un bond, il se remit sur ses pieds.

    - Mais c’est… WOW ! Géant !

    Nolan émergeait. Pendant qu’il s’était fait « possédé », le jeune malchanceux s’était redressé et avait assisté, impuissant, au changement d’hôte. Peter le regarda de toute sa hauteur.

    - Ce truc est fabuleux ! Je me sens… Comme HULK ! J’ai l’impression que je peux soulever des montagnes ! Allez viens, on se casse de là !

    Sans plus attendre de réponse, Peter saisit brusquement Nolan par-dessous l’épaule et le souleva à l’aide d’un seul bras, et non plus de deux comme il avait fait quelques minutes auparavant. Une puissance nouvelle le gagnait, et il comptait bien en profiter. Il commença à dévaler les escaliers avec Nolan sous le bras et, lorsqu’il en eut marre de courir (non pas par fatigue mais par pure flemme, cette fois), Peter se mit à démolir le sol à coup de pied, pour accéder aux étages inférieurs plus rapidement.

    - Cette force ! J’en reviens pas ! Tu me prêtes ce petit gars ? Venom hein ? C’est vraiment génial.


    Peter ne prit pas un instant en compte l’expression terrifiée qu’affichait Nolan à mesure qu’il détruisait le sol sous leurs pieds avec sa force brute. Au bout de quelques instants, ils débouchèrent au rez-de-chaussée. Quelques civils s’échappaient encore et couraient en direction de l’entrée principale. Le tisseur en bouscula quelques-uns sans faire attention durant sa course, et ne se retourna pas pour s’excuser. Enfin, ils émergèrent. Derrière eux, l’immeuble se fissurait de partout et menaçait sérieusement de s’écrouler, ce n’était plus qu’une affaire de secondes.

    - Bah, je pense pas que j’aurai le temps de vérifier si y avait encore du monde là-dedans. Tant pis, j’peux pas tout faire non plus. Fallait demander à Tony Stark de donner un coup de main !

    Peter ne se rendait pas compte de la méchanceté qui coulait dans ses paroles, et disait les choses telles qu’il les pensait actuellement. Son état d’esprit était perverti par le terrible symbiote, mais il n’en avait rien à faire. Tout ce qui comptait, c’était cette vitalité, cette vigueur qui parcourait ses veines. Tique ou pas, Venom n’avait pas l’air décidé à lui vouloir du mal. Pourquoi le craindre ?

    - Ecoute Nolan, cette chose est incroyable. Je me sens plus fort, plus vivant que jamais… Je ne sais pas si tu te rends compte combien de vies supplémentaires je pourrais sauver grâce à elle. Je pense que c’est une bonne chose que je la garde. Ne t’inquiète pas pour moi, je la contrôlerai. Je ne suis pas n’importe qui, je suis Spider-Man. Un mutant doit pouvoir contrôler un parasite, tu crois pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Nolan Stark Potts


The Show Must Go On

Arrivé le : 29/05/2012
Messages : 86
Date de naissance : 08/03/1984
Age derrière l'ordi : 32
Diamant Reçus Diamant Reçus : 2
Coup de Coeur Coup de Coeur : 0
Âge : 25 ans
Sexe : Masculin
Pouvoirs : Technocontrôle - Venom


The Show Must Go On

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La Poisse Serait-Elle Contagieuse ? [Peter Parker & Nolan Stark Potts]   Sam 8 Sep - 21:57


L'égaré fut ramené vaguement à la réalité par les appels de détresse de l'homme-araignée. Sa voix était vague. Nolan sentait ses forces diminuer sans en connaître la source : Vénom souhaitait renouer avec une vieille connaissance et ce que la créature voulait, il était rare qu'elle ne l'obtienne pas. Lorsqu'il fut enfin pleinement conscient, il assistai impuissant à la pleine possession de la peau de Spider-man par la sombre créature.

« Mais qu'est-ce que j'ai fait...

Déjà a culpabilité commençait à le ronger. Quelle folie ! Que venait-il de faire ? Nolan était agenouillé lorsque son comparse exposa son ressenti. Déjà au travers de ses paroles, le naufragé pouvait constater le changement flagrant de comportement. Il n'eut ni le loisir de protester, ni celui d'avertir Spider-man du danger réel que déjà il fut soulevé du sol comme s'il ne pesait plus rien : plutôt pour le soutenir, l'homme-araignée avait usé de davantage de force.

La course dans les escaliers fut particulièrement éprouvante pour le musicien, mais cela ne fut rien comparé à ce qui l'attendait ensuite. L'inquiétude pour son compagnon d'infortune fut vite remplacée par la terreur. Celui qui venait lui porter secours avait décidé de l'achever. Frappant le sol avec la force de la créature qui décuplait la sienne, il leur offrait une nouvelle forme d’ascenseur pour passer d'un étage à un autre. Les deux premiers furent vécu pleinement conscient tandis que les autres... Nolan n'était plus réellement là et sans l'intervention de l'intelligence artificielle qui stimula artificiellement son appareillage par une décharge, tout comme son muscle par de l'adrénaline injectée dans le poignet, ceci après avoir lancé une alerte verbale, le naufragé aurait connu un arrêt cardiaque.


Nolan se lassa tomber lourdement sur le sol une fois hors de l'immeuble. Il n'en pouvait plus, ces jambes refusaient de le porter davantage. Éprouvé physiquement, si son comparse semblait ne pas être gêné des efforts fournis, pour l'égaré la situation était tout autre. La main crispée sur la source de sa douleur, il adressa un regard noir à son sauveur.

« Laisse mon père où il est. » fit-il la mâchoire crispée sans vraiment réaliser les propos tenus. S'il y avait une chose que le naufragé n'appréciait pas pour ne l'avoir subit que trop souvent, c'était que l'on dénigre l'un ou l'autre de ses parents. Bien sûr, l'homme-araignée voyait son attitude influencée par le parasite et n'était pas vraiment lui-même, mais durant sa vie, de nombreux jaloux n'avaient pas manqué de baver et depuis qu'il était en âge de se faire entendre, il ne manquait pas de faire savoir son mécontentement.

« Tu n'as même pas remarqué... Que je n'étais plus avec toi depuis le cinquième et que je ne l'ai de nouveau été qu'au rez de chaussée... » Articula-t-il péniblement. Qu'avait-il fait ? Que “lui” avait-il fait ? Il venait de changer l'homme-araignée en tout ce dont il avait été averti. « S'il y avait eut des gens sous le sol ? Tu y as pensé ? Si nous avions écrasé un gosse... Tu aurais pu vivre avec ça ? »

A peine cette phrase fut-elle terminée que l'immeuble s'effondrai comme un château de carte provoquant un souffle de poussière et gravats qui projeta Nolan ventre à terre. Ce dernier n'eut que le temps de se protéger la tête sans réellement comprendre ce qu'il se passait derrière eux. Ça y est... C'est fois c'est la bonne... J'vais crever... Nolan c'était plus d'une fois imaginé sa propre mort. Il avait pensé à une agression de l'un ou l'autre des trop nombreux ennemis de son père. Le musicien avait également songé à son cœur qui probablement lâcherait avant qu'il ne soit quinquagénaire. Mais pas une fois il n'avait pensé que par sa faute il provoquerait sa mort et pire encore, il assombrirait un héros.

Une quinte de toux s'éleva suivit de près par quelques gémissements plaintifs étouffé. Il était en vie. Du moins, ses muscles le lui faisaient sentir, à moins que la douleur de son vivant au moment de rendre le dernier souffle n'accompagne l'éternité auquel cas Nolan n'était pas sorti. Durant un moment, le naufragé resta immobile, les yeux clos. Son teint était pâle au point qu'il aurait pu, la poussière aidant, passer pour une des victimes probablement nombreuses de ce désastre. Soudainement, ses paupières closes s'ouvrirent. Du regard il chercha son compagnon d'infortune. Sa vue n'était pas encore très nette et ses tympans sifflaient encore.

« Je te l'ai dit... Tu te sens mieux mais il fausse ton jugement. Tu sauveras des gens oui... Mais Vénom tue. Tu tueras. Par accident au départ et puis il t'effacera parce que tu continueras à te servir de lui. Il prendra ta place et il tuera encore et encore... Au départ tes ennemis en pâtiront mais après... Des innocents suivront. Tes proches aussi. »

Ses paroles étaient soufflées marquant sa fatigue visible. Des sirènes de secours s'élevèrent. Les pompiers ? Il ne pouvait pas aller à l'hôpital. Il ne devait pas être examiné par qui que ce soit. Pas avec son dispositif cardiaque. Pas avec ce bracelet au poignet. Péniblement, il se remit sur ses jambes. D'abord chancelant, après quelque secondes, il fut plus assuré.

« Spider-man... Ne te laisse pas griser. Il faut que tu t'es débarrasse... Vraiment. La seule chose que cette créature a fait de bien, c'est de me donner deux mois de plus à respirer. » Le naufragé allait devoir faire un nouveau diagnostique de son état. Sans le symbiote il savait les désavantage physiques que cela lui infligeait. La créature palliait à nombre de ses carences. Se sentant cependant coupable de la situation, il n'en dit mot à l'homme-araignée. « Aucun mutant ne peut le contrôler et encore moins quelqu'un qui fait le bien. Le seul qui a sut “s'entendre”avec lui était un criminel... Humain. »

Son regard tomba sur les sirènes des véhicules approchants. Une poignée de secondes durant, le musicien cessa de se mouvoir et la crainte pu se lire sur son visage déjà creusé par son inquiétude pour Spider-man.

« Je ne peux pas rester là, je n'ai aucune existence. » expliqua-t-il sa crainte naissante. « Et votre technologie est très loin de celle de ma prothèse. »

Partir en courant était une option, mais d'une part il n'en avait pas la force, et d'autre part, il ne pouvait laisser celui qui lui avait porté secours ainsi.

« Je ne te mens pas. Regarde la manière dont tu nous as sorti de là. Tu ne le contrôlera pas. Ecoute-toi parler. “je ne suis pas n'importe qui”, mais ouvre les yeux. Des spécialistes de tout horizon... Terrestres ou pas ont essayé de le contrôler. Ne crois pas que je ne te sois pas reconnaissant, bien au contraire... » Mais il ne devait pas non plus risquer de faire plus de dégâts dans le “passé” qu'il n'en avait présentement fait. « Si tu me laisse le temps de récupérer... Je te montrerai de quoi je parle, mais pas ici. »

L'intelligence artificielle de son canon avait des archives, tout ce que l'égaré espérait, était qu'elles fussent suffisamment exploitables pour détenir des images, des rapports ou n'importe quoi d'autre qui l'aiderait à se faire entendre de son compagnon dont la vision désormais était sous influence... Néfaste.


On dit que la foudre ne frappe

jamais deux fois au même endroit...

La poisse elle, ne se gêne pas.
Revenir en haut Aller en bas
Peter Parker


Indépendant

Arrivé le : 29/07/2012
Messages : 16
Date de naissance : 24/02/1993
Age derrière l'ordi : 23
Diamant Reçus Diamant Reçus : 0
Coup de Coeur Coup de Coeur : 0
Pseudo : Spiderman
Âge : 35 ans
Sexe : Masculin


Indépendant

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La Poisse Serait-Elle Contagieuse ? [Peter Parker & Nolan Stark Potts]   Sam 15 Sep - 20:37

    Peter n’avait eu de cesse de s’agiter pendant que Nolan le mettait en garde face à la « dangerosité » de son allié extraterrestre. En fait, il n’écoutait même pas ce que Nolan lui racontait. Il saisissait parfois des bribes…

    - Au départ tes ennemis en pâtiront mais après... Des innocents suivront. Tes proches aussi.

    Seule la première partie de la phrase n’avait intéressé Peter. Il avait hâte de faire découvrir à ses ennemis sa nouvelle puissance, de les humilier, puis de les laisser entre les mains de la police. Ce nouveau pouvoir allait lui faciliter la vie ! Il se sentait capable de tous les exploits. Il espérait sortir enfin de son quotidien de photographe raté grâce à lui, et de réussir à accomplir quelque chose de grand, d’important ! Plus de problèmes d’argent, moins de difficultés… Pour la première fois depuis un moment, la chance lui souriait. Et ce n’était pas Nolan qui allait gâcher tout cela.

    - Je ne peux pas rester là, je n'ai aucune existence.

    Que racontait ce jeune fou encore ? Spidey n’y comprenait rien. Il préférait écouter l’autre voix. Celle qu’il entendait, dans un recoin de son esprit. Une voix qui se voulait rassurante, chaleureuse, qui l’incitait à partir, à oublier les divagations de ce jeune adulte paumé. Et elle avait raison. Tout autour d’eux, le chaos paraissait s’amplifier, les gens criaient et certains appelaient à l’aide. Mais Peter ne les entendait pas. Il n’entendit pas non plus les derniers mots du speech de Nolan :

    - Si tu me laisse le temps de récupérer... Je te montrerai de quoi je parle, mais pas ici.

    Peter jeta un œil à son interlocuteur. Il avait l’air énormément stressé, comme si quelque chose de terrible allait se produire. L’homme araignée soupira et posa une main sur l’épaule du jeune homme, qui se crispa légèrement à son contact.

    - Hey ! Je sais pas vraiment ce que tu veux mais ça va, t’inquiète pas. J’viendrai te voir s’il y a un problème d’accord ? Maintenant rejoins l’hôpital si tu as des blessures, et laisse-moi faire mon job.

    Peter tourna le dos à Nolan et bondit avec une telle force que le sol qu’il venait de quitter se craquela lors de l’éjection. Il atteignit une hauteur incroyable, jamais il n’avait pu aller si loin d’un simple saut.

    - Yeeeeeeeeeahhhhhhhhh-heyyyy !

    L’instant d’après, l’homme araignée voulut se servir de son lance-toile mais s’aperçut qu’il avait été lui aussi complétement recouvert par le costume. Néanmoins, le réflexe automatique qu’il avait de tendre son poignet en avant pour tisser sa toile n’avait pas servi à rien : bien au contraire, puisqu’une gerbe de substance noire s’échappa de son avant-bras pour aller se coller à la vitre d’un immeuble. La substance élastique eut le même effet que l’un de ses jets de toile habituel et il put se tracter jusqu’à la fenêtre. La substance réintégra le costume lorsqu’il fut arrivé à destination. Appuyé contre la paroi vitrée, Peter observait son poignet d’un air interrogateur. La créature avait visiblement assimilé son mode de fonctionnement et reproduisait exactement les mêmes actions qu’il avait l’habitude de faire. Ce nouveau costume était plein de surprises ! Spider-Man se laissa tomber de sa fenêtre et reproduisit plusieurs fois la technique du « jet de Venom » pour se balancer dans les airs. Plus besoin de recharger ses lanceurs ! Quel pied !

    Spider-Man était fin prêt pour de nouveaux et d’impitoyables combats.
Revenir en haut Aller en bas
Nolan Stark Potts


The Show Must Go On

Arrivé le : 29/05/2012
Messages : 86
Date de naissance : 08/03/1984
Age derrière l'ordi : 32
Diamant Reçus Diamant Reçus : 2
Coup de Coeur Coup de Coeur : 0
Âge : 25 ans
Sexe : Masculin
Pouvoirs : Technocontrôle - Venom


The Show Must Go On

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La Poisse Serait-Elle Contagieuse ? [Peter Parker & Nolan Stark Potts]   Dim 30 Sep - 9:06


La faute de l'égaré était grande, il en avait conscience, c'était sans nul doute pour cette raison que lorsque l'homme-araignée voulu le rassurer en posant sa main sur son épaule, le musicien fut plus tendu que de raison. Les phrases délivrées n'eurent rien pour rassuré Nolan, bien au contraire. De toute évidence, Spider-man n'avait en rien écouté ses mises en garde. Il ne mesurait pas le danger.

Lui qui n'aspirait qu'à rentrer chez lui sans faire de vague... Il venait de faire tout le contraire. A quel point son incompétence allait-elle changer le passé et de ce fait, l'avenir, son propre monde ? Et si par sa faute ce qui les attendait se trouvait être pire que mieux ? Nolan, qui n'avait jamais été homme à baisser les bras, à se morfondre, pour la première fois commençait à douter. Seul, puisque n'ayant eut aucun loisir de retenir celui qui avait à la fois manqué de le tuer et secouru, l'égara ne savait plus. Quoi faire ? À qui en parler ? Il n'avait pas osé évoquer avec Weelynn son parasite, son arrivée avait déjà boulversé bien trop de choses.

L'approche des sirènes le remit sur ses jambes. L'hôpital n'était pas une option envisageable. Dès les premiers examens des questions dérangeantes seraient posées. Palpation du torse, radio, scanner... Son appareil cardiaque serait découvert. Une telle avance de technologie ne devait tomber entre aucune mains, bonnes ou mauvaises, à trop anticiper le futur, on en détruit les possibilités. La fuite était la seule solution qui s'imposait, ce que naturellement il fit non sans emporter avec lui le poids de la culpabilité.

Du repos. Du calme. Récupérer. Tels étaient les impératifs avant de pouvoir prétendre réfléchir et trouver une solution. L'homme-araignée lui avait dit qu'il le contacterait... La chose était bien belle, mais New-York était vaste, grande, Nolan discret, et le héros n'en connaissait pas même le nom d'emprunt. Jamais encore il n'avait connu le poids de sa propre responsabilité dans d'obscurs évènements. Il en était sonné, secoué, mais il n'en toucherait mot.

La honte, la colère, la culpabilité, les remors... Un mélange amer entre ses lèvres. Si seulement il n'avait pas voulu s'adonner une nouvelle fois à sa curiosité maladive. Maudit, Nolan se sentait maudit. Lorsque l'on connaissait son parcours, il était aisé d'en venir à cette conclusion. De tout temps, il c'était senti n'être qu'un poids mort, il en avait une nouvelle démonstration.

Livide, la mort dans l'âme, chancelant mais en vie, il quitta les lieux retrouvant malgré cela son naturel optimisme, son espoir. Il réparerait, il ignorait comment encore et il n'était pas en état d'envisager quoi que ce soit, mais il en était certain : il trouverait comment réparer sa faut et rentrer chez lui. Il le fallait. Il n'y avait aucune autre option possible, il n'y avait pas d'autre choix...


On dit que la foudre ne frappe

jamais deux fois au même endroit...

La poisse elle, ne se gêne pas.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La Poisse Serait-Elle Contagieuse ? [Peter Parker & Nolan Stark Potts]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La Poisse Serait-Elle Contagieuse ? [Peter Parker & Nolan Stark Potts]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» peter parker
» PETER PARKER "alter ego"
» Peter Parker
» SPIDER-MAN "6 bras" (Peter Parker) [six arms Spider-Man]
» SPIDER-MAN 3 - SPIDER-MAN - PETER PARKER - VENOM
Compteur de Mots

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alternative New York Adventures ::  :: 
•••
•••
Premiers Pas
 :: Exemples de RPs
-