Mélodie Eillis

Les X-Men voient leurs rangs grossir puisque désormais, l'une de leur enseignante a rejoint New York. Un tourbillon traverse les couloirs de l'Institut de Charles Xavier !

Bienvenue à toi Melodie Eilis !





Abel Cohen

La silhouette du géant hanté se dessine dans nos rues. Son visage presque d'outre tombe est dans l'esprit de certains criminels, est synonyme d'Enfer. Désormais il veille sur nos chers concitoyens !

Bienvenue à toi Abel Cohen !





Nathaniel Drakul

La mutation génétique de sa famille a donné naissance à tout un mythe. On les nommes vulgairement vampires, mais en réalité, toute sa lignée est composée de mutants.

Bienvenue à toi Nathaniel C. Drakul !





Pamela Isley

Amis de la nature, ne soyez plus inquiets pour nos amis les plantes, désormais Poison Ivy est là pour faire entendre leurs voix !

Welcome to Poison Ivy !





Hal Jordan

En plein jour ou dans la nuit noire - Nul mal n’échappe à mon regard - Que ceux qui devant le mal se prosternent - Craignent la lumière des Green Lanterns !
Désormais Green Lantern veille lui aussi sur New York. Nos citoyens connaissent un nouveau bol d'air !

Bienvenue à toi Green Lantern !





Rémy Le Beau

Gambit arpente désormais dans nos rues, mais ce soir, le fait-il au nom des X-Men ou bien pour commettre quelques fripouilleries dont il a le secret ?

Bienvenue à toi Gambit !





Nora Winters

Equilibre et voix de la raison de la tristement célèbre Poison Ivy, sa douceur suffira-t-elle à maintenir la belle plante sur le droit chemin ?

Welcome to Nora Winters !





Loki Laufeyson

Que New York tremble, le divin du mensonge semble bien revanchard dans nos rues, qu'inventara-t-il pour nous rendre la vie impossible ?

Bienvenue à toi dieu de la malice ! !





Holly Robinson

La célèbre comparse de Catwoman hante désormais nos rues. Quelle diablerie va-t-elle inventer pour secouer les New Yorkais ? Que les autorités se méfient de son sourir ravageur !

Bienvenue à toi Hollydays !





Elly D. Kenuo vient de nous rejoindre !
Bienvenue parmi nous ! Éclate toi bien !

Les Nouveautés du Forum en Temps Réel


Nous comptons 54 habitants sur le forum, et nous n'attendons que toi cher/e visiteur/teuse !
Première animation RP lancée
Event I Chapitre I



► Désormais, les personnages féminins de type félin inscrits après le
26 août 2012 seront refusés. Seuls les prédéfinis et scénarios de ce type
sont acceptés.



► Désormais, les groupes des Indépendants & des rebels sont
fermés pour les personnages inventés. Seuls les scénarios, prédéfinis
et personnages inspirés des BDs sont acceptés dans ces groupes.



Partagez | 
 

 Improbable Trio [Wade Wilson, Starbucks Coffee & Alexeï A. Makarov]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adam


PNJ Du Staff

Arrivé le : 15/05/2012
Messages : 464
Diamant Reçus Diamant Reçus : 10000
Coup de Coeur Coup de Coeur : 7
Sexe : Masculin
avatar



PNJ Du Staff

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Improbable Trio [Wade Wilson, Starbucks Coffee & Alexeï A. Makarov]   Sam 25 Aoû - 19:54


Improbable Trio
Wade Wilson, Starbucks Coffee & Alexeï A. Makarov




































Il n'y a jamais de hasard...

Rien ne prédisait, ce matin encore, la tournure que prendrait cette journée, le drame qui frapperait New York…

Wade Wilson, se trouve dans les couloirs du dix-neuvième étage de l'immeuble. La raison de sa présence ? L'un des hommes situé à l'étage du dessus se trouve faire l'objet d'un contrat du tueur. Il est sa cible. Le riche avocat fait un peu trop bien son travail au goût de la Ligue des Assassin. Cette dernière c'est tout naturellement offert les services de Deadpool pour éliminer celui qui a mit plusieurs de leurs hommes derrière les barreaux. Plus qu'un étage et le renard saisira sa proie.

Le sort en a cependant décidé autrement. L'immeuble est frappé de plein fouet par quelque chose… Le sol tremble, des étages s'affaissent, des plafonds tombent, les vitres cèdent… Wade Wilson visite un aperçu de ce que pourrait être le début la fin du monde tel que nous le connaissons...

La totalité des médias ont l'oeil rivé sur les évènements qui ont frappé New-York. Nul ne peut passer à côté et encore moins Alexeï A. Makarov qui déjà se trouve sur place, attiré par les vies à secourir.

Au vingtième étage de l'immeuble le plus à l'Ouest, des survivants coincés. C'est pour eux que l'indépendant se trouve ici. Pour venir les secourir.

Dans les étages des corps mutilés, brûlés, écrasés, des blessés, des pleurs, des plaintes… L'enfer semble être actuellement dans cette tour. Les étages menacent de céder, l'immeuble, de se briser en deux, de s'effondrer. Plus une seule vitre ne tient debout. Des trous béant jalonnent les sols des bureaux. Certains n'ont de plafond que ceux d'étages supérieurs...

Tout cela serait presque trop facile…

Entrer puis ressortir tel un héros avec les survivants saints et saufs serait tellement facile. Trop facile.

La cible de Deadpool est encore vivante et se trouve parmi les rescapés que vient secourir Alexeï A. Makarov…

Comme si cela ne suffit pas, pour compliquer les choses, Starbucks Coffee, apprenant les évènements se déroulant au coeur de la ville ne peut rester les bras croisés. Son Joker lui a dit se rendre au vingt-et-unième étage dans la journée pour "affaire". Impossible de le joindre depuis que les premières images de l'attaque ont été diffusées. Elle en est sûre, le célèbre criminel se trouve dans les décombres.

Elle remuera ciel et terre s'il le faut, mais si le célèbre criminel se trouve dans l'immeuble, elle le retrouvera et l'aidera à se sortir de ce mauvais pas.

Nul ne saurait dire comment les choses vont se terminer, mais une certitude demeure : personne ne peut prédire ce qu'il va se produire dans cet immeuble à présent.

Déroulement :

Ordre de postage :
    1°/Alexeï A. Makarov
    2°/ Wade Wilson
    3°/ Starbucks Coffee

Rappel :
    • Chaque personnage ne peut participer qu'à un seul à la fois pour les sujets qui se dérouleront à la même date au cours du jeu.
    • Adam ne participera pas forcément au topic. Il ne le fera jamais sur demande et par surprise et de manière exceptionnelle donc ne comptez pas sur lui Wink
    • Une réponse par sept jours et par personnage est requise.
    • Un minimum de 500 mots est requis.
    • Jouez le jeu, vos personnages ne sont pas des dieux omniscients et invulnérables, ne faite ni agir, ni penser et encore moins parler les personnages des joueurs sans leur accord préalable. Il en est de même pour toute action irréversible sur d'autres personnages joueurs. En revanche, n'hésitez pas à vous servir de PNJ
    • Ce petit texte de rappel est placé dans chaque sujet de l'Event Wink
Wade Wilson, Starbucks Coffee & Alexeï A. Makarov
Improbable Trio




La Puissance Absolue

Arrêtez de prier, Adam n'a que faire de vos requêtes, il en a marre des demandes qui n'en finissent pas. Adam attend des actes, si vos actes l'impressionnent alors peut-être vous écoutera-t-il.

Adam refuse les MPs car Adam n'est qu'un PNJ, la section des questions est là pour plus d'efficacité et de rapidité dans le traitement des questions.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



avatar

Invité

Invité

MessageSujet: Re: Improbable Trio [Wade Wilson, Starbucks Coffee & Alexeï A. Makarov]   Dim 26 Aoû - 14:16

▬▬ « A vivre au milieu des fantômes, on devient fantôme soi-même et le monde des démons n’est plus celui des étrangers mais le nôtre, surgi non de la nuit mais de nos entrailles. » Antoine Audouard



    La nuit avait été calme je dois l'avouer. Presque aucun criminel n'avait frappé, sauf un petit gang que j'avais vite maîtrisé et dont les membres avaient cru pouvoir me mettre une raclée... Désolé, mais le chevalier blanc ne se laisse pas faire aussi facilement. À part ce petit remue-ménage et le gang attaché sur le toit et le capot d'une voiture de police, rien à signaler. Pour mon plus grand malheur. J'avais besoin d'action, j'en n'avais presque pas eut depuis cette femme-minou et Nathaniel. Nathaniel, de l'action? Pas sous les traits du Chevalier blanc en tout cas! Mais bon, je vous épargne les détails.

    Le jour commençait a pointé à l'est, le ciel prenait une magnifique teinte vermeille, orangé, rosé. Assis sur une vieille gargouille ressemblant à une sorte de chauve-souris-chérubin, la même gargouille sur laquelle je prenais place depuis mon arrivée, je regardais attentivement ce spectacle qui me laissait ému. Dans mon monde, les levés et coucher de soleil n'étaient pas aussi beaux. Pourquo, car même le ciel semblait tâché de sang continuellement... Je n'avais jamais songé un seul instant que ce spectacle de ciel en feu représentait peut-être aussi un ciel tâché de sang, du sang des innombrables victimes qu'il y aurait aujourd'hui.

    Finalement, lorsque le soleil avait été assez haut dans le ciel et que toutes les belles couleurs étaient devenue bleu, je me levais et partait marchant au gré du vent et de mes pas. Puis tout était arrivé très très vite. Il y eu un bruit semblable a une explosion, un bruit qui me fit sauter au sol sur le ventre et me protéger la tête. Mon cœur battait fort dans ma poitrine, si fort que je l’entendais battre dans ma tête. Ma respiration était satané, la poitrine me levait et me rabaissait vite: un peu trop car j’en eu le mal de mer. Je me relevais rapidement et accourais au bord du toit pour regarder au loin. Je vis alors, dans le cartier riche, de la fumée qui s’élevait de deux bâtiments et même plus sans doute.

    - Saloperie de merde! Lâchais-je avant de sauter au sol et de faire venir ma moto grâce à un dispositif dans mon gant.

    Cette dernière arriva rapidement et je l'enfourchais avant de foncer droit dans cette direction. Mille et unes questions assaillaient mon esprit: Pourquoi Diable s'attaquer à un immeuble de riche?

    - Pour le pognon, un nouvel attentat terroriste, pour buter l'amant de sa femme et sa femme au passage... Songeais-je

    Ok, mais pourquoi plus d'un immeuble?

    - Parce que le type est un con? Pensais-je de nouveau

    Pourquoi maintenant, mais surtout qui avait fait-ça?

    - Tu te poses trop de questions Ghosty, attend d'être sur place, regarde les visages et les dégâts et là pose-toi des questions... pensais-je sachant que ce serait-là les paroles de mon mentor.

    Pourquoi maintenant, mais surtout qui avait fait-ça?

    Je n'eux pas le temps de me poser d'autres questions, car je venais de me faire attaquer en plein visage par de la fumée. Trop concentré sur mes questions, je n'avais pas vu le nuage de fumée. Je toussais à quelque reprise en activant ma vision à infrarouge, car on n'y voyait plus rien. La vision que j'eu me laissa indifférant; membres mutilés, cadavres, corps carbonisés... J'étais habitué à tout cela, sauf qu'une chose me serra le coeur; le corps des jeunes personnes... des femmes attendant un enfant ou même le corps d'enfants. Ils n'avaient rien demandés! Ils n'avaient rien fait! Je serrais mes mâchoires si fortes que j'entendis l'os craqué. Oui, je sentais que si je mettais la patte sur celui ou celle qui avait fait ça je le buterais à mains nues.

    J'arrêtais la moto devant un immeuble et en descendis, lorsque ce fut fait mon véhicule fila de nouveau. Les gens courraient autour de moi, fuyant le bâtiment alors que moi je m'y dirigeais aussi à la course. Des innocents étaient prisonniers, peut-être des fraudeurs aussi, mais mon coter justicier sans coeur allait prendre une pause et se mettre du ruban adhésif gris sur la tronche. Je ne voulais qu'une chose; sortir tout ce monde de là!

    J'envoyais alors mon grappin, qui était la boucle de ma ceinture, sur l'immeuble assez haut et me laissait monter rapidement. J'arrivais alors dans le 21ie étage et y trouvais des employés terrorisés. Je parvins à trouver les bons mots et à les guider pour descendre. Au passage nous récupérions d'autres survivants et je me retrouvai à porter un jeune employé à la jambe cassée, encore une chance qu'il était mignon et pas énorme! Lorsque je sortis la première réaction des policiers fut de me tenir en joue, sauf qu'un avocat s'en mêla et leur dit que sans moi ils seraient sans doutes encore en haut, ou même mort. Comme personne d'autre semblait vouloir entrer là-dedans, pourquoi m'arrêter puisque moi je le faisais? Question bête hein, mais qui convainquit les flics. Je remerciais l'homme d'un hochement de tête et remettait l'homme que je tenais aux ambulanciers. Je jetais un dernier coup d'oeil à l'immeuble, s'était un véritable calvaire là-dedans... des membres déchiquetés, des corps... on aurait dit qu'un ouragan était passé à l'intérieur! Mais le pire n'était pas les apparences, s'était l'odeur de chaire brûlée et rapidement j'entendis des policiers gerber. Je m'approchais d'eux, moi l'odeur ne m'affectait pas; je l'avais sentit bon nombre de fois et même des fois de trop! Je posais une main sur l'épaule d'un flic qui semblait pourtant avoir de l'expérience et lui sourit, j'allais faire un truc que je ne faisais jamais bon sang!, avant de lui dire;

    - Ne vous inquiétez pas, continuer de respirer par le nez et l'odeur deviendra supportable... donner vous le temps de vous habituer. Permettez-moi de vous donner un conseil; ne déjeuner jamais quand vous êtes appelé sur une scène de crime. Fis-je, souriant et parfaitement à l'aise avec la scène et l'odeur.

    Le policier me dévisagea surpris avant de me demander;

    - Mais comment faites-vous!

    - Oh, de ne pas gerber? Je ne déjeune jamais avant le service et puis ce n'est pas en n'étant incapable de supporter une scène que je serais le plus efficace! Ne croyez pas que ce spectacle me laisse froid; c'est tout le contraire! Je ne comprends pas comment quelqu'un a pu faire cela, mais il l'a fait un point finale. On n'a une job à faire, alors faisons-là; il y a des gens encore en vie et blessé là-dedans qui attendent qu'on les sortes de là. Passons part-dessus le spectacle; il est là et il va y resté. Cependant, nos victimes, elles, elles ne peuvent rester là où elles sont. Fis-je avec conviction, sans remarquer que bon nombre de secouriste, ambulanciers, pompiers et même les flics qui m'avaient mis en joue me regardaient et m'écoutaient. Ce fut une pluie d'approbation qui me le fit savoir.

    Peu après je pénétrais de nouveau dans l’enceinte de la bâtisse, suivit par un groupe de secouriste. Je piquais à vive allure en direction des plus hauts étages; j’allais pouvoir descendre les victimes par les fenêtres. J’ignorais s’il y avait d’autres « héros » ou bien des criminels… mais une chose était sur; tout ceci n’était qu’un commencement!

    Lorsque j'arrivais dans les 20 étages, quelque chose explosa à ma droite et un rebut heurta mes cotes. Par chance, l'adanmatium est très solide. Seulement, l'explosion m'avais projeté au sol, et assourdit en partit. La joie!

    Je me relevais lentement pour regarder le coupable; je n'y vis rien car l'objet ayant explosé... et bah il en reste plus rien!

    Je soupirais avant de me relever et d'appeler de potentiel survivant.
Revenir en haut Aller en bas
Wade W. Wilson




Arrivé le : 28/06/2012
Messages : 191
Date de naissance : 07/04/1993
Age derrière l'ordi : 24
Diamant Reçus Diamant Reçus : 0
Coup de Coeur Coup de Coeur : 1
Pseudo : Deadpool
Sexe : Masculin
avatar



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Improbable Trio [Wade Wilson, Starbucks Coffee & Alexeï A. Makarov]   Dim 26 Aoû - 20:03



De l'exaltation, c'est le mot juste, voilà ce que je ressens à propos de ma nouvelle vie sur ce monde. Certes il n'est pas aussi évolué que celui d'où je viens, mais ça viendra un jour. Ce qui est intéressant, c'est la mentalité de ce monde, « tuer ou être tué », c'est la loi du plus fort. Mais tuer n'est pas si facile que ça en à l'air, surtout si on ne veut pas se faire attraper après. C'est pour cela que des gens font appellent à des « professionnelles », enfin ce sont eux qui se sont appelés ainsi, un meurtrier n'est rien d'autre qu'un meurtrier. L'antonyme de « professionnelle » est « amateur », or ce qui les sépare n'est qu'une suite de zéro sur un chèque. Mais ceci n'est qu'un débat qui perdurent et qui n'aura sans doute jamais de fin.


En tant que nouvel arrivant sur le marché de tueur à gage de ce monde, les contrats que l'on me propose sont assez banals. La femme d'un homme cocu, la vieille voisine d'à côté qui à égarer son appareil auditif et qui met la tv à fond, etc etc. Rien de bien joyeux, ce genre de mission m'ennuie au plus haut point, un kidnapping, une petite séance de torture, pour finir par un peu de maçonnerie et le tour est joué. J'en veux plus, rencontrer des gens comme moi, je suis sûr que dans ce monde aussi je peux trouver des personnes hors normes avec qui m'amuser. Mais mes recherchent devront attendre un peu, car j'ai un autre contrat à effectuer.
Un avocat... voilà à quoi j'en suis réduit, tuer un avocat parce qu'il fait son boulot... J'aurais sans doute refusé le contrat, mais avec une douzaine de chiffre sur les chèques, comment refuser ?


Voilà ce qui m'a mené à cette tour, pour ne pas avoir à m'embêter avec quelconques problèmes ou attirer les forces de l'ordre, je rentre par l'entrée principale habillé en civil, enfin en civil, façon de parler. Costume trois pièces, chaussures vernis, cravate rouge avec de petits motifs dorés, attaché de caise de grandes marques, bref en homme d'affaires. Je passe le portique de sécurité aisément et subit les divers contrôles de routine. Officiellement j'ai un rendez-vous avec un avocat, ma victime plus exactement, la situation étant tout à fait ordinaire, je n'ai aucun problème et me dirige vers les ascenseurs. Ma destination ? Le vingtième étage, là-bas m'y attend ma cible qui ne se doute de rien.
Malheureusement, comme dans tout immeuble faisant plus de 30 étages, les ascenseurs sont fréquemment empruntés, il est impossible de pouvoir monter en une seule fois, à chaque étages l'ascenseur s'arrête et toujours les mêmes questions débiles que l'on vous pose.



« Vous montez où vous descendez ? »


Et évidemment toujours la même réponse que l'on répète autant de fois qu'il y a d'étages qui vous sépare de votre destination. Quarante, voilà approximativement le nombre de personne que j'ai eut envie de tuer dans cet ascenseur. Heureusement pour eux, ma patiente a tenu le coup... Qu'est-ce-que je raconte... C'est uniquement le salaire que je vais recevoir qui m'a retenu ! Ces satanés de larves... Je les tuerais tous après avoir effectué mon contrat.


// Ding\\ (bruit de cloche qu'il y a dans la plupart des ascenseurs)



Enfin le 19e étage, pourquoi celui là et non pas directement le 20e ? Tout simplement parce que j'ai envie de faire un peu poireauté le futur mort et parce qu'histoire de me faire un peu de pub, mettre mon costume ne serait pas du luxe. Je ne remercierais jamais assez Adam pour avoir modifié ma ceinture. En plus de pouvoir me téléporter (qui est sa fonction d'origine), je peux maintenant changer mon apparence et ainsi masqué les cicatrices qui recouvrent mon visage et pouvoir porter mon costume tout en faisant croire aux passants que c'est des habits quelconque.


Changé et prêt au sale boulot, alors que je sors des Wc et m'apprête à aller au 20e étage, le sol se met à trembler, j'arrive à entendre quelques détonations et des bruits d'effondrement. Puis tout d'un coup plus rien, j'aperçois par la fenêtre le bâtiment d'en face s'effondrer lentement, je m'approche puis constate que ce que je croyais être le bâtiment d'en face, était en fait le reflet du bâtiment dans lequel je me trouve...
Le sol se remet à trembler, cette fois-ci je sens mon coeur sauter dans mon corps, mais je me trompe, il ne monte pas... C'est tout mon corps qui est en chute libre avec tout l'étage. Je me retrouve le dos contre le plafond en attendant que ça s'arrête.
D'après la durée de la chute, je dirais que 4 ou 5 étages n'ont pas résisté, où bien ce sont les fondations eux même qui viennent de céder. Si c'est le cas, le bâtiment ne devrait pas mettre très longtemps avant de s'affaisser sur lui-même et d'ensevelir tous ses occupants.

Je n'ai pas le temps de réfléchir à ce qui se passe, je dois immédiatement terminer mon boulot et ensuite m'amuser à liquider tous les survivants, tous ces ploucs de l'ascenseur m'ont bien gonflé et je dois passer mes nerfs sur quelqu'un ! Les ascenseurs sont en panne, pas étonnant, les explosions ont dû couper l'électricité du bâtiment. Il ne me reste pas d'autres choix que de me téléporter directement au-dessus, en espérant ne pas rentrer dans un pilier ou quoique ce soit d'autre.


A peine suis-je arrivé au 20e étage que le destin m'offrait un petit cadeau... Une grenade dégoupillé est à mes pieds, pas un quelconques instinct de survie ou plutôt un réflexe assez enfantin, je shoot dedans vers le hall principal de cet étage, à peine 2 secondes plus tard je l'entends exploser, je ne peux pas la voir d'où je suis mais j'entends également un bruit, comme une légère plainte de douleur, mais très sourde.



*Je suis vraiment un As ! Même en jouant au Soccer j'arrive à blesser des gens !!!*


Toujours caché derrière mon pilier, j'observe la structure de l'étage, ses pièces, ses autres piliers et essaye de coordonné les positions de ma cible avec ce que je vois. C'est vraiment le bazar ici... et la grenade n'a rien améliorer. La fumée commence à m'empêcher de voir clairement, mais elle ne me fait aucun dégâts pulmonaire, mes cellules se reconstituant, je ne peux ni mourir d'un cancer, ni même me bourrer la gueule (ça c'est triste).

Je finis par entendre quelqu'un appeler des survivants, d'après mon traceur, ça concorde avec la position d'où pourrait être ma cible.

HRP: si jamais le "blur" vous gène pour lire dites le moi (mp ou dans vos prochains post)


Revenir en haut Aller en bas
Starbucks Coffee


Fool Moon

Arrivé le : 26/06/2012
Messages : 447
Date de naissance : 09/05/1995
Age derrière l'ordi : 22
Diamant Reçus Diamant Reçus : 9
Coup de Coeur Coup de Coeur : 2
Pseudo : Harley Quin
Âge : 23 ans
Sexe : Féminin
Pouvoirs : Régénération accélérée
avatar



Fool Moon

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Improbable Trio [Wade Wilson, Starbucks Coffee & Alexeï A. Makarov]   Dim 26 Aoû - 20:38




Non. Non. Faites arrêtez le sol. 
S'il vous plaît. 

Harley souffle un gare-toi. Gare-toi, s'il te plaît. La. Maintenant. Je ne sais pas ce qui se passe. « Bah merde alors, si l'patron voulait démolir l'immeuble, il s'est pas raté ! Putain, même la caisse et l'avenue tremblent ! » Et puis un grand yoohoo jaillit de ses lèvres. Non. J'ai comme l'impression que ce n'est pas ce qu'aurait fait J. Que. Que e n'est pas normal. J'ouvre au ralentit la portière, et je regarde. Derrière mes grandes lunettes noires. Sous ma casquette Wayne Indus. La, tout juste derrière ces lèvres qui tremblent. Il m'a dit de le retrouver étage je sais plus combien. 
Et sous mes yeux, au milieu des cris, l'immeuble dans lequel mon Joker est, et bien, il s'effondre, et moi, je hurle. 
La bouche tordue, je vide mes poumons. Envie de m'arracher les cordes vocales. Le sbire qui m'a servir de chauffeur me maintient par les épaules. Plus de jambes. Plus de jambes pour me supporter. Le béton qui s'affaisse au sol, les fenêtres qui éclatent. C'est même pas le onze septembre. C'est. C'est comme mon explosion du métro. Harley Quinn à fait sauter son Joker. Kaboom. 

Pauvre conne qui hurle à la mort. 

Je me débarrasse de truc, je le chasse, lui et ses questions à la cons. Les mains crispées dans les vide. Les joues, modèle, oh, modèle veuve éplorée. Tout cette ironie du sort qui vous retombe dessus comme une merde. Je titube, traversant la route sous les klaxons affolés de conducteurs voulant quitter la zone à tout prix. À contre-courant de tout le monde, je vais. Je vais vers ces épais nuages de poussière, de gravats. Fantôme. Je suis un fantôme qui, en plus de pleurer, de ne plus avoir de voix, et bien, qui tousse. Envie de m'arracher les cordes vocales, les poumons. 
Je ne suis même pas dans la si belle tenue qui lui plaît. Même pas lors de sa propre mort. Oh. Ne me dites pas qu'il est mort. 
Je chute sur des morceaux de beton, ou de corps. Gueule dans la poussière. Envie de m'arracher le visage. Personne ne sait que je suis Harley Quinn, avec un vulgaire t-shirt, un jean troué et des baskets défoncées. Personne ne saura courber l'échine devant moi. Tout m'incriminer, alors que c'est de ma faute. N'est-ce pas ? Je me relève et avance toujours plus au centre du tulmute. Barrière de pompiers, de héros du jour. Et moi ? C'est pas ma faute. Pas cette fois-ci. Oh, vous savez, être de l'autre côté du rideau fait mal.. Tellement mal. Barrière de pompiers qui me disent de ne pas m'approcher plus près. « S'il vous plaît.. S'il vous plaît.. Il est à l'intérieur.. » Toux à la con. Pompiers à la con. Mes jambes ne me tiennent plus, de nouveau. 

J'aimerai bien tous leur couper la tête, mais à la place, c'est mes jambes que j'ai coupé. 

Les yeux levés vers les flammes. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé. Des gens passent devant moi, rescapés, survivants, portant des collègues.. Demander s'ils ont sauvé le Joker paraîtrait un peu étrange, ne trouvez-vous pas ? Et pourtant. Je lui empoigne le pantalon. Le peu de force qu'il me reste, je l'utilise pour retenir le type qui se la joué sauveur du monde, deux corps à chaque épaule. « Sauvez le Joker.. Il est à l'intérieur.. » Ne me regarde pas comme ça. J'ai dit, NE ME REGARDE PAS COMME .. « Sauvez-le ou les explosions continuerons. Une prochaine ce soir. Une autre demain midi. » Voix faible, mais doigts toujours soudé au tissus de son pantalon. Rapidement, j'enlève mes lunettes opaques et ma casquette. Regardez-moi dans les yeux, et dites que vous ne savez pas qui je suis. 





Just fear the Queen.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



avatar

Invité

Invité

MessageSujet: Re: Improbable Trio [Wade Wilson, Starbucks Coffee & Alexeï A. Makarov]   Lun 27 Aoû - 2:03

▬▬ « A vivre au milieu des fantômes, on devient fantôme soi-même et le monde des démons n’est plus celui des étrangers mais le nôtre, surgi non de la nuit mais de nos entrailles. » Antoine Audouard
    Je suis au vingtième, et pas fier du tout. Y'a plus de vitre, tout est détruit, l'odeur de chair brûlé est plus forte et en plus.... j'ai faim! Je l'ai dit à l'autre; je déjeune pas avant de bosser; on sais jamais ce qui va te tomber sous le nez..., mais là c'est le comble! Mon estomac cri famine, je n'ai rien sous la main pour le faire taire. Soupirant, je me décide enfin à pensé aux victimes au lieu de mon estomac. Tant d'esprit détourné; 30 secondes, peut-être autant de mort à cause de ça. Je me gifle intérieurement et oubli la faim. J'étais un enfant sauvage; j'avais su survivre à des jours de chasses infructueuses alors ce ne serait surement pas quelques heures qui me tueraient!

    Alors que je marche dans un couloir, quelque chose explose et je suis projeté au sol. Un grand flash blanc m'aveugle et je vois plein de petites étoiles. La tête me tourne, je ne comprend pas tout de suite se qui se passe. Je reste allongé sur le ventre, je respire lentement. Quelque chose m'a frappé au niveau du ventre, par chance ma combinaison est très solide donc je ne suis pas blessé, mais bordel que j'ai mal à la tête! Je n'entend plus rien, l'explosion ma rendu sourd pour quelque instant. J'ouvre lentement les yeux et les referme d'un coup. Mais c'est que ça tourne! Bordel, je pense que je vais rendre le souper... que je n'ai même pas prit... Je respire lentement et profondément, je ne vais pas gerber à cause d'un truc explosif tout de même? Je me relève lentement, en ouvrant mes yeux aussi lentement. Malgré que tout tourne, je les garde ouvert et tout fini par arrêter de jouer aux montagnes russes. Je soupire de soulagement en regardant autour de moi à la recherche de ce qui a causé cette explosion, mais je ne trouve rien. Puis je l'entend, des gémissement de douleur pas loin de moi. En fait, ils viennent d'en bas en provenance d'un trou.

    Je m'en approche avec précaution; le sol semble être sur le point de s'effondrer à n'importe quel moment et ça ne me tente pas de jouer les victimes d'Attila; me retrouver empalé par derrière... Dans d'autre cas je dit pas, mais ce sur quoi je risquais d'atterrir ne serait pas la même chose du tout! Je me met prudemment à genoux et je me penche par-dessus le trou pour apercevoir un homme étendue et saignant abondamment; comment pourrait-il faire autrement puisqu'il lui manque une jambe! Je n'es pas le temps de dire un mot que je vois sa poitrine se soulever pour la dernière fois. Je soupire et saute avec prudence à ses côtés avant de le prendre et de me le mettre sur une épaule. Ma première victime, chouette! Je soupire de tristesse et appel pour voir s'il y aurait pas d'autre survivant, je ne reçois pas de réponse, mais je décide tout de même de me promener. Toute façon l'autre n'a plus rien à perdre, il est mieux où il est maintenant.

    Finalement je tombe sur un autre corps, et merde... mon jour de puasse! Je soupire et prend le type sur mes épaules. Alors que je me dirige vers une fenêtre pour descendre plus rapidement j'entend des pas.

    - Y'a quelqu'un!? Vous êtes blessés? Cris-je presque... sans avoir de réponse.

    Je me dis alors que s'était mon imagination. J'attache solidement mon grappin et saute dans le vide, tenant les deux corps sur mes épaules. La chute n'est pas rapide, ni lente. Je me retrouve au sol en moins de 45 secondes et dépose avec respect les corps au sol. Un secouriste se charge de poser un drap par-dessus leur corps, pour masquer leur visage. Je ne comprend pas ce geste; on ne le fait plus par chez moi depuis longtemps donc normal que je n'en connaisse pas la signification. Les hommes avaient arrêté ça bien avant ma naissance alors...

    J'allais remonté au 19ième m'assurer que je n'avais pas rêver lorsqu'une bonne femme attira mon attention. Elle criait presque, elle demandait de sauver quelqu'un, mais je ne comprenais pas qui. Elle parlait avec un agent qui la dévisageait et je décidai de m'approcher. Je demandais à un autre agent ce que la dame voulait et il m'apprit avec surprise qu'elle voulait qu'on sauve le Joker... Ce con de clown? Non, s'était une blague? Sans pouvoir m'en n'empêcher je pouffe de rire à plein poumon, mettant mal à l'aise mon interlocuteur. Plusieurs personne me regarde, nous regarde. Je prend appuis sur le policier car je n'arrive plus à me retenir.

    - Une joke hein! hahahaha! Sauver le Joker! Elle est bonne mon gars! mouahahahah!

    Je rit aux larmes, imiter par certain flics. Je retrouve finalement mon sérieux, comprenant qu'il ne s'agit pas d'une blague et je regarde la femme.

    - Vous plaisantez j'espère?... Non mais! Sauver un criminel comme lui? Il serait ben mieux en enfer ma p'tite dame! Je crachais au sol tout mon mépris et mon dégoût pour cet homme. Y'a des innocents dans c'te bâtisse qui mérite eux d'être sauver. On se chargera de votre tit couillon quand on aura sortir mort et survivant. Les criminels passeront en dernier. Arkam le réclame pas de toute façon, et se porte mieux depuis qu'ils n'ont plus ses crises sur le dos.

    Un putain d'enfoiré? Ouais. Je ne jugeais pas que le Joker soit un être à sauver impérativement. Même qu'il serait mieux de le laisser où il était et de souhaiter que le bâtiment s'écroule sur lui et qu'il meurt lentement! Je regardais la femme, un visage dur et sévère de la justice même.

    - On n'a d'autre personne plus importante à sauver, désoler, mais si vous voulez le sauver débrouiller vous vous même. Je ne pense pas que ces hommes et ces femmes veuillent risquer leur vie pour un homme qui va continuer d'en prendre et qui en n'a déjà prit beaucoup. Désoler, mais c'est comme ça.

    Sans un mot de plus je tournais les talons et m’apprêtais à retourner au 19ième.


Hors RPG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Wade W. Wilson




Arrivé le : 28/06/2012
Messages : 191
Date de naissance : 07/04/1993
Age derrière l'ordi : 24
Diamant Reçus Diamant Reçus : 0
Coup de Coeur Coup de Coeur : 1
Pseudo : Deadpool
Sexe : Masculin
avatar



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Improbable Trio [Wade Wilson, Starbucks Coffee & Alexeï A. Makarov]   Mar 28 Aoû - 22:56



BI-BIP BI-BIP BI-BIP BI-BIP

Satané bruit, j'ai beau regarder autour de moi, je n'arrive pas à trouver la source de ce bruit. Bien que je me déplace dans tout l'étage le volume ne change absolument pas... Par chance, alors que mon ventre me gratte, j'aperçois une petite LED (diode électroluminescente) rouge qui clignote sur ma ceinture. C'est la première fois que je la vois, peut-être est-ce ça qui fait cet étrange bruit. Je détache donc mon radar et en effet le bruit horrible et monotone provenait de celui-ci. Je l'observe, mais ne comprend pas bien, il y a plein de chiffres et de paramètre divers « altitude, longitude » etc. Je bidouille l'appareil et appui un peu sur tous les boutons, jusqu'à trouver celui qu'il me fallait. L'interface change, les paramètres et les chiffres disparaissent, pour laisser place à une carte. Une simple carte des alentours, mais attention, ce truc ce n'est pas de la marchandise de bas étage, la carte est bien évidemment en 3D. Par contre, j'ai bien l'air fin moi maintenant, d'après celle-ci ma cible n'est pas du tout ici. Je suis beaucoup trop haut par rapport à elle, la cible est hors du bâtiment à quelques mètres de lui, mais ne bouge pas.


Je me dirige donc vers la fenêtre vers laquelle je pourrai normalement voir ma cible et à ma grande surprise, une foule de mon est en bas, des pompiers, des policiers, des ambulanciers, des spectateurs, des journalistes, j'aperçois même un hélicoptère au loin qui se dirige vers ici. Je n'ai jamais compris ce besoin inébranlable de savoir à tout prix ce qui se passe, les humains sont vraiment étranges. D'ailleurs il me vient une idée, étant donné que ma cible se trouve en bas, entouré de monde et que je dois la tuer... Pourquoi ne pas simplement le faire devant tout le monde et porter le chapeau pour cet incident ? Ça me fera une pub du tonnerre ! Il faut juste que je trouve comment entrer en scène...


------------------ (ceci est une ellipse)

Des cris de peur, de paniques, des gens en larmes, voilà ce que j'entends à présent autour de moi. Tous ces sons sont sublimes, la parfaite mélodie du drame et du désespoir humain. Bien qu'il y ait quelques fausses notes dans tout ça.


« Les mains en l'air ou nous ouvrons le feu ! A plat ventre les mains derrières la tête ! »


Comme d'habitude la police vient ruiner mon plaisir, je n'ai pourtant pas fait grand-chose de mal... J'ai simplement sauté du 20e étage avec un mur me servant de planche de surf, je ne vois pas ce qu'il y a d'illégal dans tout ça... Bon d'accord, il est possible que j'ai atterris sur quelques passants ainsi qu'une ambulance, mais ce n'est pas ma faute ! Je ne visais que l'ambulance moi ! Ma cible est dedans, il fallait donc absolument que je l'élimine pendant ce terrible attentat, sa mort passera pour un simple accident.


« Je répète, A plat ventre et les mains derrières la tête ! Sinon nous ouvrons le feu ! »

Les policiers de cette ville sont vraiment des abrutis... Je saute du 20e étage en surfant sur un mur, je ressors indemne de la chute et il essaye de m'arrêter comme si j'étais un homme qui conduit en état d'ivresse... Pourtant, son instinct naturel devrait le prévenir de se cacher et surtout lui dire que je ne suis pas comme les autres. Alors que je l'ignore, je me tourne vers la foule qui s'était amassé derrière moi, me fixant, prenant des photos, je ne peux m'empêcher de taper la pose, tel une star une nuée de flash m'envahit. Une pose à la king kong, une pose de victoire, je vais même jusqu'à prendre la pose d'un super-héros connu en costume bleu et rouge, malheureusement je ne peux pas voler pour les impressionner. Il ne me reste donc qu'à manger, je n'ai rien mangé depuis ce matin et l'odeur de barbecue qui a envahi l'immeuble depuis les tremblements de terres n'ont fait qu'accroitre ma faim. Malheureusement je n'ai rien ramené à manger... Je vais donc devoir faire d'une pierre, deux coups. Je remonte la manche gauche de mon uniforme en tenant mon bras droit afin que tout le monde puisse voir. Je sors l'un des sabres qui est accrocher dans mon dos et l'enfonce dans la partie supérieure de mon avant bras, la douleur n'est que passagère, je découpe dans mon avant bras une fine tranche de muscle, certaine personne du public se mettent alors à vomir. Je ne comprends pas, ce n'est pas leur bras que j'ai charcuté... c'est le mien, j'ai bien le droit d'en faire ce que je veux !
Une fois découpé, je montre à tout le monde la tranche de muscle, je soulève un tout petit peu mon masque, afin que ma bouche soit accessible, je penche ensuite la tête en arrière et glisse lentement la tranche de viande dans ma bouche.



*Mon dieu ! Qu'est ce que je suis BOOOOOOOOOOOOOOOOOOON !!!! Un vrai délice !*



La police qui jusque là me tenait en joue, ne sait pas vraiment comment régir à ça, surtout lorsque je lève bien en évidence mon avant bras intact. Personne ne comprend, je ne sais pas vraiment pourquoi... Mais ce que je viens de faire, va m'apporter une belle petite pub, un véritable coup médiatique comme l'aurait fait un génie tout droit sortie d'une école de marketing.


Ayant encore faim, je renouvelle mon acte seulement, au moment où je m'apprête à mettre la viande dans ma bouche, je tourne la tête légèrement et remarque juste en bas, sur la route, deux personnes étranges qui me fixent bizarrement. L'une, assise semble triste, sans doute à cause de son maquillage qui dégoulinait sur ses joues et l'autre, debout ne montre aucune émotion. Pourquoi me regardaient-ils ainsi ?
Je tends la seconde tranche vers eux en leurs lançant.



« Je vous assure, je suis délicieux et pas du tout calorique, vous en voulez un bout ? »



Revenir en haut Aller en bas
Starbucks Coffee


Fool Moon

Arrivé le : 26/06/2012
Messages : 447
Date de naissance : 09/05/1995
Age derrière l'ordi : 22
Diamant Reçus Diamant Reçus : 9
Coup de Coeur Coup de Coeur : 2
Pseudo : Harley Quin
Âge : 23 ans
Sexe : Féminin
Pouvoirs : Régénération accélérée
avatar



Fool Moon

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Improbable Trio [Wade Wilson, Starbucks Coffee & Alexeï A. Makarov]   Dim 9 Sep - 15:34




« Une joke hein! hahahaha ! Sauver le Joker ! Elle est bonne mon gars ! » Jeu de mot.. Drôle de jeu de mot. J'en aurai rit mais.. Mais non. Mes lèvres commencent à trembler. J'ai enlevé mes lunettes et je crois que mes yeux, ils s'embuent, et ça se voit. Secondes après secondes, tressaillement de menton après l'autre. « Vous plaisantez j'espère?... Non mais ! Sauver un criminel comme lui ? Il serait ben mieux en enfer ma p'tite dame ! » Un molard vient s'écraser pas loin de toi. Toujours, toujours au sol, Harley. Les yeux planté dans le truc visqueux, tandis que machin le héro de mes deux continue de parler de lui.. De parler de J.. Comme si mon Joker, mon puddin', le seul homme a avoir tout compris sur cette Terre, comme si lui était comparable à la raclure qui parle. Qui parle. Qui parle.

Je suis.
La gorge nouée d'Harley.
Son envie de dégueuler.
Ses yeux qui se ferment pour n'entendre que sa voix.

« Harley.. Harley.. » C'était ce matin. J'ai toujours eu une bonne mémoire, sauf, sauf la partie ou je suis amnésique. J'ai pas toujours été logique. Ce flash-back en est pas un. Je peux toujours entendre l'autre con déblatérer son discours. Exercice de concentration. Docteur Harleen Quinzel, diplômée en psychologie. Criminelle. Folle. Tout ce que vous voulez. Exercice de concentration visant à calmer le sujet ou à le faire culpabiliser. Le rendre plus humain. Et j'entend sa voix, oh, J, si tu savais à ce moment là qu'elle allait monter en décibels quelques minutes plus tard. J'entends Ducon parler d'Arkham - concentre-toi. « Y'a des.. Amis à nous, ouais, qui semblent être débarqués ici depuis l'aube.. T'entends ? » A ce moment là, il devait me faire confiance. Et me dire d'écouter les grésillements de la radio et de ses informations. Toujours, toujours se tenir au courant de ce qui se passe en ville, de qui se fait arrêter, de qui se fait libérer. Savoir qui utiliser au bon moment. C'est ce qu'il marmonne parfois, et que moi, je comprends pas.. Oh, J, avec ton intelligence, tu devais aussi deviner ce que je faisais, pas vrai ? Oui je t'entendais.. Je t'entendais, mais le rire un peu trop léger que j'ai fait résonner, tu le savais, il était tout sauf normal. Qu'est-ce que c'est ?
Qu'est-ce qu'est la normalité, Miss Quinzel, du bout d'une seringue ?
La porte de la salle de bain à ce genre de loquet bidon, en fer, qui sert juste à empêcher les gens d'entrer par erreur que de réellement les tenir à l'écart. Vieux théâtre ou je l'ai suivit, piège, piège, et me voilà comme une vulgaire putain sur les toilettes, avachie, shootée, à entendre J hurler de rage. A le voir péter la mince sécurité.. « ..veuillent risquer leur vie pour un homme qui va continuer d'en prendre et qui en n'a déjà prit beaucoup. » Il fallait voir ça, dans son regard, là, à deux minuscules centimètres du mien, tandis qu'il soulevait. Soulevait Harley, par le cou. Juste un poulet mort que l'on égorge. « Désolé, mais c'est comme ça. » Si tu savais J, avant de partir, que c'est le seul moyen que j'ai pour ne plus sentir cette présence bleuâtre, oh, avant de mourir..

Machin se retourne. Je suis venue pour me faire pardonner, parce que, parce qu'hier, il m'avait dit de venir le chercher dans cet immeuble. Avant que je choisisse michel-Ange ou Picasso, ou je sais pas quoi. Avant que j'arrête d'être Harley Quin pour n'être qu'une blonde. Inutile. Machin se retourne. Tandis que mes larmes coulent, perles de Rimmel, je pose mon regard sans vraiment le voir un homme qui s'épluche le bras. J, J, tu ne m'as jamais fait ça, pas vrai ? C'est pour ça que je te laisserai jamais tomber. Tu n'es pas mort. Tu n'es pas mort.. Le type nous regarde, me regarde. Machin est retourné, et je vois au niveau de ses hanches, un grappin, un pistolet, un couteau. Peut-être autre chose. Machin de dos, l'autre gars qui me voit me relever, faiblement. Alors que Raclûre fait un geste pour prendre son grappin, et partir, là, en me laissant en plan, je saisit derrière lui son couteau et le lui met sous la gorge. Les flics, les pompiers qui étaient autour, occupés à regarder le gars qui se mange le bras, ils deviennent soudainement plus occupés à me regarder, moi.
Hoquet de surprise de la part de certains.
Machin reste de marbre et je presse un peu plus la lame, mon autre main tenant fermement son poignet. Comment on appelle ça déjà ? Adrénaline. Voilà. Moi, j'appelle ça de l'amour. L'amour que j'ai pour toi J ! Regarde-moi ! Regarde ton.. « HARLEY QUIN ! » Et soudainement, beaucoup, beaucoup me prennent en joue. Celle qui a fait exploser le métro. Ma trachée, modèle sac de noeud, j'arrive même pas à sourire. A rire. Parler. Seul le gars à la chair sanguinolante, il parrait.. Regarde. J. Toi, le Cannibale. Tout en tenant toujours la main de truc avec son grapin, je déplace lentement la lame de sa gorge à mon visage, juste à côté du sien, laissant un filet rouge sur la gorge égratinée. « On ne plaisante pas.. » La lame glisse à la comissure droite de mes lèvres. « ..Avec le Joker !» Voix cassée, joue déchirée, modèle, Joker. REGARDE-MOI J.

Machin me donne un coup de coude dans le ventre. Poupée de chiffon propulsée en arrière, j'ai, oh, dans ma main gauche, le grappin resté agrippé à mes.. Doigts. Blanchis d'avoir tant forcé. Machin se jette sur moi et, le couteau toujours dans l'autre main, réflexe de survie. Lame qui s'enfonce dans sa gorge, et ses soixante-dix kilos qui m'écrasent. Je ne sens même pas ma joue, qui se reconstitue, rapidement. Adrénaline. Ses mains se portent instinctivement à son cou, qui pisse le sang, oh Harl', t'en a partout toi aussi, mais tu réfléchis pas. Lâchant le couteau, ta main passe derrière la tête de machin et l'écrase à côté de toi. Au sol. Bitume. Assommé. Pissant le sang, assommé, tu espères que personne n'a rien vu, et essaye de la jouer demoiselle en détresse. « AU SECOUUUUR » Je sais pas si il va mourir. Force de camée pas suffisante pour le bouger, je gigote, m'agite, et les larmes, elles recoulent, toujours. Harley a toujours été une bonne comédienne. Visage éclaboussé de sang. Harley a toujours été une bonne commédienne, et elle est presque aux anges lorsqu'elle voit le type qui se découpait enlever l'autre inconscient. Maigre sourire qui te tord les lèvres, et te plisse les joues. Intactes. Le sourire de ton Joker ne reste pas longtemps, et..
Ma main se dirige en l'air, tenant en tremblant le grappin que j'ai toujours. Princesse, qui enlève sa perruque, son maquillage, coulant, et qui perd son air de sainte nitouche. J'appuie sur à peu près tous les boutons, et immédiatement, le grappin file dans l'air. Relève-toi. Exercice de concentration. L'impression d'être Batman.

Et le truc m'arrache presque le bras, lorsque j'arrive, trois secondes plus tard à un étage de plusieurs dizaines de mètres de haut. Retrouve. Exercice de concentration. Retrouve-le. « JOKEEER ! »




Just fear the Queen.
Revenir en haut Aller en bas
Wade W. Wilson




Arrivé le : 28/06/2012
Messages : 191
Date de naissance : 07/04/1993
Age derrière l'ordi : 24
Diamant Reçus Diamant Reçus : 0
Coup de Coeur Coup de Coeur : 1
Pseudo : Deadpool
Sexe : Masculin
avatar



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Improbable Trio [Wade Wilson, Starbucks Coffee & Alexeï A. Makarov]   Dim 16 Sep - 16:10



J'ai obtenu ce que je veux, tous les regards se portent sur ma personne, maintenant tout le monde pense que je suis à l'origine de cet attentat et ça ne pourra qu'augmenter ma côte sur le marché de la pègre. Bien sûr comme d'habitude certains super-héros viendront pour tenter de m'arrêter au nom de la loi, etc... Mais bon c'est pas ma faute si les bandits payent mieux que l'état ? Mon camp est celui où il y a le plus d'argent à se faire, les histoires de morales ce n'est pas pour moi. D'ailleurs en parlant de contrat et d'argent, j'ai terminé celui pour qui recquière ma présence ici, je peux donc rentrer et jouer des tours à Al. Qu'est ce qu'elle va prendre quand je vais rentrer, elle va adorer ça.
Prêt a rentrer chez moi, je m'apprête à utiliser mon téléporteur, lorsqu'un spectacle pour le moins intéressant s'offrit à moi. Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais la jeune blondinette à qui j'avais fait signe tout à l'heure s'était transformée en vrai furie, agressant le grand mec qui rigolait à plein poumons. La bagarre commença entre les deux, la petite blonde a l'avantage au début, mais elle commence à perdre.



* Ouai vas-y ma jolie refais lui le portrait * ... *Ouille, ça doit faire mal ça*



Le grand « héros », vu son accoutrement ça devait en être un, vient de reprendre l'avantage, planquant la petite crevette contre un mur en l'étranglant. Il ne semble pas rigoler, tout ce que je peux voir c'est la petiote gigoter les bras et les jambes dans tous les sens. La pauvre, un avenir bien funeste semble s'offrir à elle...
Puis dans un moment d'inattention, elle finit par lui planter un couteau dans le cou, assez cocasse quand même, il fallait le tenter ce coup-là.



*
« Ohhhhhhh c'est déjà fini ? On en veut encore nous ! »

« T'as beau faire le malin, mais avec ce qu'elle s'est prit dans la tronche, je ne pense pas qu'elle arrivera à se relever. »

« C'est sûr qu'elle a vraiment prit cher, vu son mini gabarit, elle a du subir pas mal de dégâts. »

« T'attend quoi ? Qu'il neige ? Une jolie petite fleur affaiblie ! Me dit pas qu'il faut que je te fasse un dessin ! »
*


Je n'ai pas tort du tout, c'était l'occasion de passer pour un beau prince charmant en plus d'un terroriste fou. Seulement à peine me suis-je approché, que la gamine était en train de voler dans les airs en direction de l'immeuble en ruine. Elle semble en meilleur état qu'il y a quelques secondes, enfin ça a duré à peine une seconde, je n'ai pas vraiment pu la voir, mais je suis presque sûre d'avoir vu un bleu sur sa cuisse quand elle se débattait et là plus rien.


*Une mutante ? Surement. Régénération cellulaire ? Donc, nous ne sommes pas les seuls avec Wolvy ?*


Ca titille ma curiosité, puis surtout que faute de ne pas encore avoir trouvé de Wolvy, un combat contre la petite furie blonde pourrait être plus qu'amusant.


« ... uinn s'est échappé, je répète Harley Quinn s'est échappé, elle a mis K.O un Super et s'est échappé dans l'immeuble. D'après ses cris, il semblerait que le Joker, son complice était dans les lieux avant les explosions »


Quinn... Ce nom me dit quelque chose, je n'arrive pas vraiment à m'en souvenir, surement quelqu'un qui avait dû m'en parler alors que je n'y faisais pas attention. N'ayant plus grand-chose à faire sur place, je suis maintenant en quartier libre, je peux donc faire ce que je veux... Et je veux m'amuser avec la petite reine blondinette qui a l'air aussi fragile qu'une allumette, mais qui réussi à mettre K.O un super qui la malmène.
Une téléportation plus tard, je me retrouve dans l'immeuble, je ne sais pas vraiment quel étages, car dans ces bâtiments ils se ressemblent tous. Je ne vois la petite puce que de dos, regardant dans tous les sens, surement à la recherche de quelque chose.


« Hey petite poupée ! T'a besoin d'aide ? »




Revenir en haut Aller en bas
Starbucks Coffee


Fool Moon

Arrivé le : 26/06/2012
Messages : 447
Date de naissance : 09/05/1995
Age derrière l'ordi : 22
Diamant Reçus Diamant Reçus : 9
Coup de Coeur Coup de Coeur : 2
Pseudo : Harley Quin
Âge : 23 ans
Sexe : Féminin
Pouvoirs : Régénération accélérée
avatar



Fool Moon

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Improbable Trio [Wade Wilson, Starbucks Coffee & Alexeï A. Makarov]   Dim 23 Sep - 19:54




« Hey petite poupée ! T'a besoin d'aide ? » Je sursaute et manque de tomber. Un poutre de métal s'écrase pas loin de moi, et je sursaute de nouveau. Ma main, une main à moi se pose quelque part. Poupée. Harley, on t'a parlé. Mes yeux me piquent et des larmes viennent s'ajouter. Encore. Encore. Je vois des vagues salées là ou il n'y a que des flammes. N'importe.. N'importe quoi, retrouve-le, retrouve-le. Putain. PUTAIN. « NON » Ne m'adressez pas la parole. Vous avez pas vu qui je suis ? Ce que je fais ? De la main qui tient toujours le grappin, c'est, la droite, non ?, je brandis ce.. Je brandis le grappin. Logique, logique, alors je le brandis, et entre deux quintes de toux, totalement étouffées par la fumée, et je crie : « JE SUIS PAS UNE POUPEE. » et Harley ajoute : « JE SUIS UNE REINE. »
Imaginez le "Reine" avec beaucoup de "ei" et des sanglots à la fin.
Suivit de crachottis, j'essaye de trouver d'ou vient la voix. J'essaye de plisser les yeux. J'ai.. Oublié de le faire. « JOKER ! » J'oublie de plisses les yeux, et la tête commence à me tourner. Trop, trop, trop de fumée. Machinalement, j'appuie sur le bouton de mon grappin, qui est devenu à moi. Et je lance le grappin plus loin. Quelque pars, sur ce sol qui était du lino.

Le Joker doit être mort.
Le Joker doit être mort.

Je bas l'air, ou plutôt, la fumée qui commence à s'épaissir dans la sale, et me dirige vers ce qui était la voix. Jeanne d'Arc. C'était une pauvre fille de Brooklyn, qui a fini a Arkham, et elle a fini cramée. Mes pas ne s'arrêtent pas lorsque je jette un coup d'oeil sur ma gauche, vers le centre des bureaux, et les flammes qui commence à les ronger. Mes baskets passent au dessus de dossiers aux contenus éventrés tandis que ma tête se tourne vers ma droite, vers ces grandes baies vitrées. Sans vitres. Souffle d'une explosion, ou je sais pas quoi. Les quelques mètres qui me séparent du gars qui s'est cru drôle se voient franchis. Finis. Abolis.
Et ma main vient se plaquer comme un étau sur sa gorge. Sa tête a un gout sanglant. « Monsieur l'Affamé. » Mes mots sifflent entre mes dents, tout comme ma respiration rendue difficile par la fumée et la cendre. Je ne sais pas ce que je fais. Je ne sais pas pourquoi je le fais — mais dans un sourire qui se veut mauvais, je dégaine mon pistolet et tire immédiatement dans le ventre de ducon. Ma main serrant toujours sa gorge, l'autre le pistolet. Deuxième coup de feu.
Le Joker doit être mort.
Alice revient dans son monde.
Devant son manque de pathétique douleur, et son rire à la con, je tire un troisième coup. « C'est toi qui l'a buté. » Nouveau tir. Je le nourris au fer. « C'est toi qui a fait tout ce merdier. » Cinquième. De la sueur perle sur mes tempes, sur mes cheveux qui s'y plaquent, tandis que je rapproche le plus possible mon visage du sien, chuchotant d'une voix éraillée un « Et J, tu vois.. Il aime pas le désordre. » Sixième coup de feu dans son putain de gosier poétique. « Pas du tout. » Je tire sur la gachette, à vide. Merde. Je lance, tout comme le grappin plus tôt, le pistolet quelque part. Un coup de poing énergique vient se figer dans son ventre déjà criblé de balles. « Alors, je sais pas qui t'es, face de con, mais si tu m'aides, si tu sauves Mr. J.. » Mon poing se défait, et lentement, contre ce qui semble être un costume ridicule mais maculé de sang, je fais descendre ma main. « Je te serais très.. Reconnaissante. » Bien sûr, je n'en pense pas le moindre mot.

Ça, c'est juste pour le plaisir de le voir se prendre une balle dans la tête une fois J à mes côtés.
J qui est mort.
Et le lapin qui gueule que tout crame.




Just fear the Queen.
Revenir en haut Aller en bas
Wade W. Wilson




Arrivé le : 28/06/2012
Messages : 191
Date de naissance : 07/04/1993
Age derrière l'ordi : 24
Diamant Reçus Diamant Reçus : 0
Coup de Coeur Coup de Coeur : 1
Pseudo : Deadpool
Sexe : Masculin
avatar



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Improbable Trio [Wade Wilson, Starbucks Coffee & Alexeï A. Makarov]   Dim 30 Sep - 10:28



Longue à la détente, voilà la seule manière que j’ai de qualifier cette furie. Beaucoup trop longue, mais quand même douloureuse. J’ai beau ne pas mourir sous l’effet d’un chargeur dans le ventre, il n’en reste pas moins que ça fait mal, d’autant plus que mon pouvoir d’auto-guérison ne s’active pas en un clin d’œil. Je suis dans un sale étant, toujours debout parce que la Miss me retient toujours par la gorge. Je manque de m’évanouir au bout de la quatrième balle, on sous estime toujours le pancréas, mais ce petit organe peux vous faire un mal de chien je vous l’assure. Et si ça ne suffisait pas, elle me termine avec un violent coup de poing, placé exactement près blessures effectué par son arme à feu. Je suis grabataire, je n’entends rien, ma vue se brouille, mes membres sont engourdies, pas moyen de me défaire de son emprise. Je perds trop de sang… MAIS BORDEL QUAND EST-CE QUE CE POUVOIR VA S’ACTIVER ?!
Et telle une incantation magique… POUF ! Je commence à me sentir mieux, je n’ai plus froid, ma vue redevient clair et surtout j’entends l’autre conne sangloter et m’engueuler en même temps. Attend juste encore un peux et tu auras une raison de pleurer. J’entends plusieurs bruits, comme une cloche… Non plutôt comme des pièces qui tombent sur le sol. Surement les balles qui s’extirpent peu à peu de mon corps. Plus que quelques secondes, encore juste quelques seconde et tu va me supplier de te faire rejoindre ce « J ».


Je me sens renaître, comme toute les fois où j’échappe à la mort, sans doute que mon véritable visage fait peur à la faucheuse. Ca ou alors Adam lui a ordonné de ne pas encore venir me reprendre. De toute manière avec le nombre de corps éparpillés dehors, la faucheuse a eut la chance de pouvoir faire son petit marché. Attend un peu ma jolie, je t’offre une « reine » à offrir au seigneur des enfers. De mon bras libre, je l’attrape à son tour par le cou, lui portant un coup dans le plexus solaire, bloquant ainsi sa respiration et la forçant à me lâcher. Ce qu’elle fit. A mon tour de jouer ma jolie, mais avant de commencer j’ai une question à lui poser.


« Hey petite poupée, t’es la reine de quoi exactement ? Elle est où ta couronne ? Ton royaume ? Tes sujets ? »



Je ressers mon étreinte autour de son cou au fur et à mesure, l’entendant gémir sourdement. Elle ne veut pas me laisser le plaisir de l’entendre souffrir. Bien sur j’ai mille et une méthodes pour y parvenir mais ce n’est pas mon objectif. Cette gamine à le même pouvoir que moi, donc elle a peut-être subit les mêmes expériences que moi. Peut-être qu’elle sait ou je peux trouver cet enflure de Killbrew. Mais tout renseignement n’était pas gratuit, il fallait donc que je coopère avec elle… Seulement avant ça, j’ai intérêt à lui faire payer son arrogance.


« Hey Miss, j’ai un deal pour toi, je suis mercenaire, donc le plus offrant est devient mon patron. Y’a un contrat sur toi ma petite, un jolie beau contrat sur toi et ton demeuré de Boss. Le truc c’est que t’as l’air de savoir pas mal de chose, donc on va dire que si tu répond à une question, je veux bien l’accepter comme prix et t’aider à chercher ton J»


Ne lui laissant pas le temps de réfléchir ni de répondre, je dégaine un sabre et lui enfonce lentement dans le foie. Faisant pénétrer la lame lentement dans son corps, afin qu’elle puisse savourer sa douleur. Je continue de l’enfoncer lentement, m’arrêtant parfois pour appuyer sur le dos de la lame et la faire ainsi vibrer.


« Tu aimes ? J’espère que oui, car tes balles m’ont fait autant d’effet que ce petit canif. T’es résistante et tu encaisse plutôt bien les coups, un vrai punchin’ball vivant. Et ça m’étonnerai pas que tu puisse te régénérer ma petite. »


Afin de confirmer ce que je pense, je retire d’un coup sec le sabre, faisant gicler du sang, un peu, puis beaucoup, j’ai surement coupé une artère au passage, mais rien de trop grave, sauf si je me suis trompé auquel cas… Bah rien du tout elle l’a bien mérité si elle crève. C’est lent, mais la blondasse ne meurt pas et son sang coule moins vite. Quelques minutes plus tard le flux de sang s’arrête et la blessure du sabre disparait petit à petit.


« Bon maintenant c’est le moment d’être réglo, si tu veux revoir ton J va falloir faire un grand effort de mémoire et me dire une chose. Connais-tu un dénommé « Docteur » Killbrew ? »



Je relâche la sois disant reine, et la laisse tousser autant qu’elle peut, la fumer doit l’avoir bien affecté. J’attends donc qu’elle reprenne le contrôle de ses pensées pour avoir ma réponse.




Revenir en haut Aller en bas
Starbucks Coffee


Fool Moon

Arrivé le : 26/06/2012
Messages : 447
Date de naissance : 09/05/1995
Age derrière l'ordi : 22
Diamant Reçus Diamant Reçus : 9
Coup de Coeur Coup de Coeur : 2
Pseudo : Harley Quin
Âge : 23 ans
Sexe : Féminin
Pouvoirs : Régénération accélérée
avatar



Fool Moon

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Improbable Trio [Wade Wilson, Starbucks Coffee & Alexeï A. Makarov]   Mer 3 Oct - 21:53




Sonnée. Un moment, je ne respire plus, je ne vois plus rien. Aha.. Ahahaha.. Bien, bien joué, Mr. Connard. Prise au cou comme on le ferait d’un lapin avant de lui briser la nuque, j’écarquille les yeux, dissipant le brouillard noir. Et je grince des dents, et je souris, parce que, parce que.. « Hey petite poupée, t’es la reine de quoi exactement ? Elle est où ta couronne ? Ton royaume ? Tes sujets ? » Rien que pour ça. Sa poigne se fait plus forte, et ses doigts, oh, ils se resserrent avec force autour de mon cou. Lalala, on me noue la trachée.. J’essaye de déglutir, mais impossible. Malgré moi, la douleur de la pression sur ma gorge me fait lâcher un gémissement. Je respire rapidement par le nez – oh, j’ai le sang qui me monte à ma tête, ma si jolie tête – et tente d’articuler un « La Reine de.. Tes.. Rires » Avant qu’il ne resserre d’avantage l’étreinte contre mon cou. « Hey Miss, j’ai un deal pour toi, je suis mercenaire, donc le plus offrant est devient mon patron. » Je manque d’air, Harley, ma belle, ma tête devient si légère.. Je n’écoute plus trop ce qu’il dit, tu sais, et mon regard va juste sur le plafond cramé, et mon esprit se concentre juste sur mes zygomatiques.. J, J, J, quelle blague tu me fais là, quelle blague tu me fais.. « ..t’aider à chercher ton J » Je plante mes yeux dans les siens.. « Q- »

AH.
AH.
AH.
Désolée je.. J’ai un fou rire.. Et une épée dans mon ventre.. Oh, mon bébé, oh..

Mes poumons. Expulsent l’air. Je. Manque des battements de coeur. Mon visage, crispé de douleur passe du sien à.. Ventre.. A mon ventre.. A tout ce sang. Et mon hurlement, et le feu et la poussière autour de nous. Ma voix se casse, se brise au fil des secondes. Et je meurs à.. Petit feu.. Pourquoi. moi. La lame bouge, dans mes entrailles, et du sang m’arrive en cascades dans la bouche, après avoir remonté le long de ma gorgé préalablement broyée. Je m’étouffe, avec cette hémoglobine, je crache, et mon corps bouge, et se coupe d’avantage sur la lage. Sang visqueux qui me coule sur les lèvres, le menton, mon t-shirt. « Tu aimes ? J’espère que oui, car tes balles m’ont fait autant d’effet que ce petit canif. T’es résistante et tu encaisses plutôt bien les coups, un vrai punchin’ball vivant. Et ça m’étonnerai pas que tu puisse te régénérer ma petite. » Ma vision. Plus rien. Plus de sang, plus.. Je crache, ce sang qui m’encombre, qui m’empêche de respire, et j’entends de loin, oh Harley, Harley, tu pleures depuis toute à l’heure. Au moment ou je m’apperçois de mes larmes, il decide d’enlever la lame, d’un geste brusque.
Et Harley, les mains plaquées, en pierre, posées comme avec fatalité sur la plaie béante qu’elle a dans le bide — Harley tombe au sol, à genoux, courbée. Prostrée sur tout ce rouge qu’elle sent entre ses doigts mais qu’elle ne voit pas. Et ces larmes, toujours ces larmes.. Mélange orange qui se forme autour de moi. « J !!!!! » Cris déchirant, sanglots, sanglots, hémorragie qui se finit, douleur qui se passe, peu à peu. Place au nez qui coule et à la voix encore gorge de sanglots. Place à ton Coeur qui bat toujours, pour lui, pour lui. Un seul mot, un seul cri l’appellant, et tu te portes mieux, hein, dis Harl, ma belle, ma douce.. « Bon maintenant c’est le moment d’être réglo, si tu veux revoir ton J va falloir faire un grand effort de mémoire et me dire une chose. Connais-tu un dénommé « Docteur » Killbrew ? »

Un regard d’en bas vers le type d’en haut.
On.
Recule. Lentement. Je me relève, je le quitte pas des yeux. Essuye le sang à mes lèvres, et le quite pas des yeux. Enlève tes mains d’un t-shirt troué, maculé de sang, de ta peau intacte, et ne le quite pas des yeux. « Killbrew.. » Fais semblant. Ne le quite pas des.. Je recule vers une cage d’ascenceur. Vide. Continue de reculer, et ne surtout, surtout.. « Ahahaha, ce bon vieux.. Docteur.. » Rire nerveux qui m’agite. Je suis lucide je suis.. Il ne va pas m’aider. Je ne veux que sa mort maintenant, alors il ne va pas m’aider — mais mourir. Il va mourir. « Tu ne vas pas trouver mon J, hein ? Ça se.. » Mes pieds, mes baskets défoncées oscillent à présent entre le vide de la cage d’ascenceur et le sol. Portant une main sur mon ex-plaie, je le regarde toujours, lui, à cinq mètres de moi, pas plus. « .. Sent. » Pas en arrière. Docteur Killbrew.
Du vide sous moi.
Du vide sous moi, et mes os qui se cassent en arrivant en bas.

J. Docteur Killbrew ? Je le connais ? Non. Non, non, tu ne le connais pas Harley – et donc, moi non plus. Etrange. Rien du tout. Ah bon ? Oui oui. Joker. Lui tu le connais. Ramper hors de la cage d’ascenceur, les jambes pétées, et se hisser donc au rez-de-chaussée.. Ne rien quitter du regard. Tousser. Et voir ce pompier, là, devant toi, presque aussi étonné que ton merveilleux visage, modèle sang et larmes, et sueur.




Just fear the Queen.
Revenir en haut Aller en bas
Adam


PNJ Du Staff

Arrivé le : 15/05/2012
Messages : 464
Diamant Reçus Diamant Reçus : 10000
Coup de Coeur Coup de Coeur : 7
Sexe : Masculin
avatar



PNJ Du Staff

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Improbable Trio [Wade Wilson, Starbucks Coffee & Alexeï A. Makarov]   Jeu 11 Oct - 19:25

D'ici, vous n'entendez pas le murmure. D'ici, vous ne réalisez peut-être pas la tourmente dans lequel est plongé le Leader des Avengers. D'ici, vous ne savez pas encore qu'Iron Man vient de disparaitre sous terre, d'un geste du Visiteur. Visiteur qui met au tapis Black Bolt, Visiteur qui a forcé les militaires à abattre des enfants. Et d'un geste, d'un pouvoir mystique aussi ignoble qu'inimaginable, il fait relever les morts qui se dressent, tordus, sanglants face au Héro.

Un héro qui murmure : « Te. Détruire. »

Vos héros se situent dans un immeuble qui d'ici plusieurs seconde, s'effondrera littéralement sur lui-même. Tandis que Harley Quin est secourue par un pompier, trop étonné de voir une cage thoracique à ce point défoncée avec un coeur encore battant; Deadpool lui quite rapidement un étage qui penche trop dangereusement vers le sol. Ceci est du aux électrons libérés par le Leader des Avengers involontairement. Ou non. Probablement, l'Histoire ne saura jamais le pourquoi de la destruction de tout le quartier dans lequel vos personnages se situent. Car ce sont des rues, des avenues qui sont éventrée jusque dans leurs fondations. Ce sont des immeubles qui s'abattent comme des châteaux de cartes, emportant avec eux, des cadavres en devenir.



EVENT CLOS.



La Puissance Absolue

Arrêtez de prier, Adam n'a que faire de vos requêtes, il en a marre des demandes qui n'en finissent pas. Adam attend des actes, si vos actes l'impressionnent alors peut-être vous écoutera-t-il.

Adam refuse les MPs car Adam n'est qu'un PNJ, la section des questions est là pour plus d'efficacité et de rapidité dans le traitement des questions.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Improbable Trio [Wade Wilson, Starbucks Coffee & Alexeï A. Makarov]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Improbable Trio [Wade Wilson, Starbucks Coffee & Alexeï A. Makarov]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 10% de réduction pour les PA au McDonald's et Starbucks Coffee de Disney Village
» Starbucks Coffee arrive dans tous les parcs Disney américains à partir de juin 2012
» Un Starbucks Coffee à Disney Village
» Green Coffee Buying Club
» Wilson F.P. - La tombe
Compteur de Mots

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alternative New York Adventures ::  :: 
•••
•••
Premiers Pas
 :: Exemples de RPs
-